SICRE Adolphe, Paul, Antoine

Par Jean-Marie Guillon

Né le 23 octobre 1883 à Nemours (Algérie), décédé le le 7 mars 1961 à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) ; fonctionnaire des douanes ; socialiste SFIO.

Fils d’Adolphe Sicre, marié, père d’un enfant, il était vérificateur des douanes. En 1929, il était secrétaire adjoint de la section SFIO de La Ciotat et écrivait dans l’organe local bimensuel de son parti, le Phare rouge. Il avait été élu au conseil municipal entre 1925 et 1929. En mars 1934, Adolphe Sicre fut élu membre de la commission exécutive au congrès fédéral SFIO de Tarascon (Bouches-du-Rhône). Fondateur à La Ciotat en 1938 du club démocratique qui abritait les manifestations des partisans du Front Populaire, dont les communistes, farouche adversaire de Fernand Bouisson, président de la Chambre des députés, maire de La Ciotat, il était considéré par la police locale, comme un crypto-communiste, voire comme l’un des animateurs du noyau communiste bien que non membre du parti… (enquête du 12 novembre 1940). Il était alors retraité. Le 13 août 1942, au lendemain de la grève des chantiers navals, il fut arrêté à 13 heures 30 et fit partie des « suspects » qu’en réaction, les autorités régionales sanctionnèrent par un arrêté d’internement administratif du 14 août 1942 pour le camp de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn). Son fils intervint aussitôt pour signaler que son père venait de perdre sa femme une dizaine de jours auparavant, que son propre père était hospitalisé et mourant et qu’il avait à charge sa belle-mère, seule et impotente. L’intendant régional de police n’en persista pas moins le 19 août en avançant qu’il était un « doctrinaire convaincu », et que, bien qu’il prétende ne plus faire de politique, il faisait de la propagande et il avait participé à la manifestation du 14 juillet 1942. L’arrêté d’internement fut cependant rapporté le lendemain, 20 août.

Il mourut le 7 mars 1961 à La Ciotat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131158, notice SICRE Adolphe, Paul, Antoine par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 11 février 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/10808. — Le Phare rouge, août 1929, 76 W 68 (dossier internement). — Le Petit Provençal, 25 mars 1934.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément