SIMOND Anthelme

Par J. Raymond

Né à Caluire-et-Cuire (Rhône) le 4 janvier 1871 ; mort à Roanne (Loire) en 1953 ; ouvrier tisseur ; militant socialiste du Rhône et de la Loire.

Anthelme Simond naquit de parents tisseurs et ne connut que l’école primaire avant d’apprendre le tissage chez ses parents et de devenir ouvrier. Tout jeune, il adhéra au syndicat de sa profession, en fut le secrétaire en 1892 et 1893. En 1889, il avait été délégué de l’Union des tisseurs et similaires de Lyon à l’exposition universelle de Paris.
En novembre 1891, à Lyon, au congrès du textile dont il fut secrétaire de séance, il représentait le syndicat de Belmont (Loire) et celui de Chauffailles (Saône-et-Loire). En 1893, il fut délégué à l’exposition internationale de Chicago.

Parallèlement à cette action syndicale, A. Simond adhéra aux groupements socialistes lyonnais. Il était journaliste socialiste au Peuple de Lyon, qu’il dirigea. En 1898, il était activement dreyfusard.
Il fut à neuf reprises candidat socialiste dans diverses batailles électorales, notamment pour le conseil général dans le canton de Villefranche ; en 1898, aux élections législatives dans la 9e circonscription de Lyon où comme candidat du POF, il obtint 4 622 voix et, en 1900, aux élections municipales dans la 4e circonscription de Lyon où, socialiste indépendant, il recueillit 1 157 suffrages. À Lyon, A. Simond fut un des fondateurs de la Ligue des droits de l’Homme et il lui appartint jusqu’à sa mort. Entré d’abord dans un groupe du POF, il fut ensuite indépendant ; en 1901, il entra au Parti socialiste de France pour passer bientôt au Parti socialiste français.

Il en était membre lorsqu’il quitta Lyon pour Roanne où, de 1903 à 1911, il fut secrétaire adjoint de la mairie, puis bibliothécaire municipal. En 1904, il fut délégué au congrès national du PSF tenu à Saint-Étienne. Adhérent de l’Université populaire de Roanne, il y donna, en 1904 et en 1907, trois conférences sur le socialisme et les partis, l’unité socialiste, la révolution russe. À partir de 1905, il appartint à la SFIO. Il assista et intervint au congrès de fusion départementale à Saint-Étienne (17 décembre 1905). En 1907, dans le canton de Roanne aux élections cantonales, en 1910 aux élections législatives dans la 2e circonscription, il fut le candidat de principe du parti socialiste unifié. Son action prit d’autres formes : il milita dans les organisations périscolaires, fut délégué cantonal, reçut la rosette de l’Instruction publique et la croix de chevalier de la Légion d’honneur. Il fut à Roanne le correspondant de l’agence Havas avant de l’être de l’Agence française de presse.

De 1916 à 1918, A. Simond fut mobilisé à Boën (Loire). Après la guerre de 1939-1945, il présida l’association des journalistes professionnels de Roanne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131274, notice SIMOND Anthelme par J. Raymond, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 29 décembre 2019.

Par J. Raymond

ŒUVRE : De 1894 à 1899, A. Simond fut rédacteur en chef du journal socialiste de Lyon, Le Peuple. Il collabora à de nombreux autres organes : Le Cri du Peuple, la Bataille, Le Coup de Feu, La Revue blanche, Lyon républicain, Le Petit Parisien, Le Matin, Le Journal, Le Mémorial du Puy-de-Dôme, Les Documents du Progrès, Le Salut public, L’Avant-Garde de Roanne (1903-1908), Le Réveil républicain (1911-1914), La Tribune républicaine (1911-1953), L’Action, hebdomadaire de la SFIO dans la Loire.

SOURCES : Arch. de la Bibl. Mun. de Roanne. — Rapport des délégués de l’Union des tisseurs et similaires de Lyon à l’Exposition universelle de Paris en 1889, Lyon, Association typographique, 1890. — L’Action, organe de la Fédération socialiste de la Loire (17 juin 1911), et la presse locale de Roanne de 1903 à 1953. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes II, op. cit., pp. 316-317 ; 453, 502. — Adéodat Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, p. 42. — « L’Affaire Dreyfus à Lyon », L’Aurore, 17 octobre 1898, p. 3. — Notes de Julien Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément