SOULAIROL Roger

Par Jean Sagnes

Né le 8 juillet 1911 à Caux (Hérault), mort le 27 janvier 1985 à Montpellier (Hérault) ; professeur de lycée à Bastia (Corse), puis à Béziers (Hérault) ; militant syndicaliste ; militant socialiste ; résistant du Front national de libération en Corse ;conseiller municipal.

Fils de Pierre Soulariol, viticulteur radicalisant, et de Célestine Julien, sans profession, Roger Soulairol, étudiant à Montpellier (Hérault) en 1929, adhéra au groupe des étudiants socialistes SFIO dont il fut le secrétaire jusqu’en 1931. Maître d’internat à partir d’octobre 1932 à Mende (Lozère) puis à Béziers (Hérault), il fut un des fondateurs du syndicat des Maîtres d’internat adhérent à la Fédération générale de l’Enseignement et devint le secrétaire académique de cette organisation. Après un an de service militaire, il fut nommé en octobre 1937 professeur au lycée de Bastia (Corse). Il fut alors le rédacteur en chef du journal de la section socialiste de cette ville : Libecciu. Il s’était marié le 21 décembre 1937 à Lieuran-lès-Béziers (Hérault) avec Aurélie Cazeuneuve.

Mobilisé puis démobilisé en Corse pendant la Seconde Guerre mondiale, Roger Soulairol fut, en 1943, en contact avec la mission de renseignements transportée en Corse par le Casabianca puis avec le Front national grâce à Arthur Giovoni*. Il travailla au sein de cette organisation avec sa femme Marthe et devint membre du comité de ville du Front national de libération et rédacteur au Patriote, journal du Front national de libération. En octobre 1943, à la Libération de la Corse, il présida le comité de Libération de Bastia.

De l’été 1944 à septembre 1946, il fut secrétaire de la Fédération socialiste SFIO de la Corse. En octobre 1946, il fut nommé professeur au lycée de Béziers. Quelques mois plus tard, Roger Soulairol devenait membre du bureau de la Fédération socialiste SFIO de l’Hérault et conserva cette responsabilité jusqu’en 1969. Il fut notamment secrétaire à la propagande et rédacteur en chef du journal socialiste fédéral Le Combat socialiste. Candidat aux élections municipales de 1947, il ne fut pas élu. En 1949, après la démission d’un conseiller socialiste, il entra au conseil municipal où il fut réélu en 1953, 1959, 1965, 1971 et 1977. Il fut un des adjoints au maire radical de 1959 à 1976 puis au maire communiste Paul Balmigère* à partir de 1977.

A trois reprises, Roger Soulairol avait été candidat aux élections législatives en 1951, 1956 et 1958 dans la circonscription de Béziers-Saint-Pons. Il était trésorier de la Société crématiste et fut incinéré à sa mort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131518, notice SOULAIROL Roger par Jean Sagnes, version mise en ligne le 27 avril 2015, dernière modification le 19 mars 2017.

Par Jean Sagnes

SOURCES : Le Socialiste, 1950. — Le Combat socialiste, 1950-1969. — Le Midi libre, 1947-1977. — La Marseillaise du Languedoc, 1958-1977. — Interview de R. Soulairol (1977). — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément