STRENG Paul, Jean-Baptiste

Par Étienne Kagan

Né le 24 juin 1888 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 20 juillet 1962 à Maxéville (Meurthe-et-Moselle) ; ajusteur mécanicien ; syndicaliste CGT puis CGTU puis à nouveau CGT ; militant socialiste SFIO puis communiste de Meurthe-et-Moselle.

Fils d’un cordonnier, Paul Streng fut mobilisé pendant la Première Guerre mondiale comme ajusteur-mécanicien à la Compagnie générale électrique, à Nancy. Il participa à la création du syndicat des Métaux en 1918 et en devint le secrétaire en août 1919 à la place de Ducateau*. Son renvoi le 1er mai 1920 en même temps que celui de deux autres militants de la Compagnie générale électrique fut une des causes de la grève des métallurgistes du bassin de Nancy ; par la suite, il fut condamné à trois mois de prison pour entraves à la liberté du travail.

Secrétaire du comité intersyndical des Métaux de Meurthe-et-Moselle en 1920, il fut en outre trésorier adjoint de l’Union départementale de 1919 à 1928. Paul Streng se consacra aussi à l’action politique : en 1919, candidat aux élections législatives sur la liste socialiste, il obtint 17 801 voix sur 87 614 votants. En 1922-1923, il faisait partie de la commission exécutive de la Fédération communiste de Meurthe-et-Moselle et était membre actif du Secours rouge. Cependant, il dut quitter le PC par la suite et ce fut en qualité de « sans-parti » qu’il représenta, avec Alfred Klein*, les ouvriers de Meurthe-et-Moselle à Moscou lors des fêtes du 10e anniversaire de la Révolution russe. Mis à part quelques années durant lesquelles il fut remplacé par Gaston Bouchu* , il resta secrétaire du syndicat jusqu’en juillet 1936, date à laquelle il donna sa démission pour raisons de santé.

Il fut conseiller prud’homme de 1929 à 1939.

Paul Streng mourut le 20 juillet 1962 à Maxéville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131724, notice STRENG Paul, Jean-Baptiste par Étienne Kagan, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 1er janvier 2021.

Par Étienne Kagan

SOURCES : Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, 1 M 651, 3 M 91, 10 M 59/60, 10 M 121. — Le Réveil ouvrier, 1919-1936. — L’Égalité, 1922-1923. — La Lorraine ouvrière et paysanne, 1927. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, op. cit., p. 397.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément