SUEUR Émilien, Gaëtan, Clotaire

Par Jean Piat

Né le 7 août 1896 à Dargnies (Somme), mort le 2 juin 1980 à Dunkerque (Nord) ; employé des PTT, puis employé d’une compagnie de tramways ; militant syndicaliste du Nord.

Suivant l’exemple paternel, Émilien Sueur fit son apprentissage d’ouvrier serrurier après avoir obtenu son Certificat d’études. Mobilisé en 1914, il ne fut rendu à la vie civile qu’en 1920. Il entra alors aux PTT à Amiens et se syndiqua à la CGT. Licencié au bout de quelques semaines faute de crédits ministériels, il travailla pendant quelques mois dans le textile à Roubaix (Nord) puis réintégra les PTT. Nommé à Annecy, il revint à Amiens au bout de quelques semaines.

Embauché en 1923 à la Compagnie des tramways à Roubaix en qualité de receveur, Émilien Sueur fit partie des diverses commissions syndicales et entra en 1935 à la commission administrative du syndicat confédéré. En janvier-février 1936, lors de la grève contre les décrets-lois Laval, il fut désigné comme secrétaire du comité de grève unique des Compagnies ELRT et CGIT (Lille).

Le 1er juin 1936, Émilien Sueur devint secrétaire adjoint du syndicat CGT unifié de l’ELRT, poste libéré par la promotion d’Adolphe Van Gysel* au secrétariat général, à la suite du départ en retraite d’Henri Molard*. En novembre 1938, il fit voter le mot d’ordre de grève générale contre les décrets-lois Ramadier et échappa de justesse au licenciement.

Émilien Sueur reprit son action syndicale en 1944 après l’interruption provoquée par la guerre et s’intéressa en particulier à la question des retraites ouvrières. Il fut administrateur de la Caisse autonome mutuelle des retraites et de la Caisse de retraite des petits cheminots.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131768, notice SUEUR Émilien, Gaëtan, Clotaire par Jean Piat, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 3 février 2011.

Par Jean Piat

SOURCE : F.-X. Roets, Le mouvement ouvrier français à Roubaix-Tourcoing de 1914 à la fin de la IVe République (PC et CGTU exclus), Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1968.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément