SULTAN Léon, René. Pseudonyme : FORCLAUDÉ Marc

Né le 13 septembre 1905 à Constantine (Algérie), mort en 1945 ; avocat ; secrétaire général du Parti communiste marocain en 1943.

Fils d’un employé aux établissements militaires, aîné d’une famille de huit enfants, Léon Sultan, après des études à Constantine et à Alger, fut d’abord avocat à Constantine (1925-1929), puis s’établit à Casablanca (Maroc).

Il adhéra en 1934 aux Jeunesses socialistes et devint leur secrétaire. Ce fut à ce moment qu’il se mit à l’étude de Marx, Engels, Lénine ; sympathisant communiste, il fut un des animateurs du Rassemblement populaire et participa notamment à la manifestation de Port-Lyautey contre les Croix de feu en mars 1936 et au mouvement d’opposition au résident général Peyrouton.

Léon Sultan devint membre du comité régional du Parti communiste qui se manifesta publiquement après l’arrivée, en octobre 1936, du nouveau résident général, le général Noguès, et mit à profit la tolérance de la période de Front populaire. Il fut chargé de la propagande dans les milieux marocains, israélites et musulmans, et se consacra à la rédaction des articles de « politique marocaine », sous le pseudonyme de Marc Forclaudé, dans le journal communiste Clarté où il appuyait les revendications fondamentales des jeunes Marocains. Lors de la scission particulière au Maroc, à la conférence communiste régionale du 4 avril 1937, Sultan refusa de prendre position, et chercha ensuite à rassembler les communistes, quand les oppositions se décantèrent — voir Xavier Gransart* et Hiroux*.

Membre du conseil de l’ordre des avocats depuis 1938, officier de réserve, Léon Sultan fut mobilisé en août 1939, mais n’obtint pas de partir au front. Démobilisé en juillet 1940, il entreprit de rassembler en groupes clandestins les communistes de Casablanca, puis du Maroc ; il affirma la vocation marocaine du PC et proclama dans le journal El Wattane (La Patrie) en janvier 1943, le droit du Maroc à l’indépendance ; il devint de fait le secrétaire général du Parti communiste marocain, position qui fut confirmée par la première conférence nationale du PCM, le 14 novembre 1943.

Léon Sultan partit au front comme volontaire en 1944. Grièvement blessé en Allemagne à la tête de sa section de tirailleurs marocains, il mourut le 23 juin 1945 des suites de ses blessures à Casablanca où il était venu en convalescence. Il fut cité à l’ordre de la division.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131777, notice SULTAN Léon, René. Pseudonyme : FORCLAUDÉ Marc , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

SOURCE : Notes d’A. Ayache.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément