TANGUY Félix

Par Claude Pennetier

Né le 31 décembre 1906 à Plestin-les-Grèves (Côtes-du-Nord) ; technicien de la Marine ; militant socialiste puis de la Gauche révolutionnaire ; conseiller municipal d’Épinay-sur-Seine (1956-1965).

Fils d’un artisan photographe qui partit travailler à Paris dans des studios cinématographiques, Félix Tanguy devint pupille de la Nation après la mort de son père à Verdun, le 7 novembre 1916. Après des études à Épinay, à Neufchâtel-en-Bray (Seine-Inférieure) puis à à l’EPS de Concarneau (Finistère), il obtint une bourse à l’École de navigation de Nantes. Après trois ans de service dans la Marine, il devint technicien au service hydrographique de la Marine à Paris. Félix Tanguy adhéra au Parti socialiste après le 6 février 1934. Secrétaire de la section socialiste SFIO locale, il se présenta aux élections municipales de 1935 sur la liste socialiste qui se désista en faveur des communistes au second tour. Il signa l’appel pour la création de la Gauche révolutionnaire du Parti socialiste en septembre 1935 et soutint la motion de politique générale présentée par Marceau Pivert* au congrès national de Marseille, 10-13 juillet 1937. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, il était secrétaire du syndicat du personnel civil du Service hydrographique de la Marine et fut relevé de ses fonctions comme « communiste », ce qu’il n’était pas.

Réintégré à la Libération, Félix Tanguy, fut candidat aux élections municipales de 1945 et 1953. Poète à ses heures (il publia deux recueils), il présida l’Union des artistes d’Épinay, fut conseiller municipal de 1956 à 1965, adjoint aux fêtes et cérémonies.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131965, notice TANGUY Félix par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 29 juillet 2015.

Par Claude Pennetier

SOURCES : BDIC, Arch. Spartacus. — Bulletin socialiste du XVe, mai 1937. — Arch. Com. Épinay.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément