TAPOUL Lucien, Jules, Noël

Par Jacques Girault

Né le 21 décembre 1899 et mort le 17 janvier 1983 à Draguignan (Var) ; typographe ; militant syndicaliste ; militant socialiste ; conseiller municipal de Draguignan.

Fils d’un bourrelier et d’une tailleuse, Lucien Tapoul, ouvrier typographe à l’imprimerie Negro de Draguignan, était le secrétaire du syndicat CGT du Livre dans la localité. Il faisait partie en 1929 du comité de parrainage de la liste « d’union des gauches » pour les élections municipales. Délégué au congrès de la fédération socialiste SFIO, le 24 juin 1933, indiqué à tort comme communiste par la police, élu conseiller municipal, le 5 mai 1935, avec 1 194 voix sur 2 685 inscrits, sur la liste « d’action socialiste et républicaine », il participa aux commissions de l’Instruction publique et des beaux-arts, de la direction de l’école de musique. Secrétaire du comité antifasciste, il prêta le serment du Rassemblement populaire, le 14 juillet 1935. Secrétaire adjoint de la section socialiste SFIO locale, il la représenta au congrès fédéral de La Seyne, le 22 mai 1938 où il vota le rapport moral.

Comme les autres élus, Lucien Tapoul fut suspendu de ses fonctions d’édile, le 11 décembre 1940. Il retrouva son siège de conseiller municipal à la Libération (commissions du personnel, de l’instruction publique). Il fut élu en avril 1945 (« liste d’union résistante et républicaine du Parti socialiste et du Mouvement de libération nationale »), en octobre 1947, en mai 1953 et en mars 1959.

Lucien Tapoul, responsable du syndicat CGT du Livre à la Libération, adhéra aux analyses du courant « Force ouvrière ». Lors de la scission syndicale, secrétaire local du syndicat CGT-FO du Livre, il prit part, les 17 et 18 septembre 1949 à Paris à la création de la Fédération CGT-FO du Livre et fut élu au comité fédéral national. Il succéda à la fin de 1949 ou au début de 1950 à Antoine Falque au poste de secrétaire général de l’Union locale. Il conserva cette responsabilité jusqu’au 22 mars 1968, remplacé par Mademba Dia, employé municipal. Il resta secrétaire adjoint de l’UL. Il avait été candidat, le 17 novembre 1955, sur la liste de la CGT-FO pour les élections aux organismes de la Sécurité sociale.

Membre de la Libre pensée, correspondant de La Voix socialiste à Draguignan à la Libération, secrétaire adjoint, puis secrétaire administratif de la section socialiste SFIO, cheville ouvrière du journal socialiste local, Lucien Tapoul, membre du comité fédéral du Parti socialiste SFIO, se prononça contre tout accord électoral avec le Parti communiste français en 1955, quand la situation toulonnaise et les positions d’Édouard Le Bellegou furent discutées.

Lucien Tapoul se maria en septembre 1922 à Salernes (Var).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article131984, notice TAPOUL Lucien, Jules, Noël par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 17 juillet 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 61 J 4 (Fonds de l’UL FO de Draguignan), 2 M 7 33 1, 35 2, 4, 4 M 47, 49 4 3, 50, 54, 59 2, 18 M 13, 86, 90, 91, 1905 W 82. — Arch. Com. Draguignan. — Arch. Jean Charlot (Centre d’Histoire sociale du XXeme siècle). ¬ DBMOF, notice par J. Girault. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 21 septembre 1949. — Presse locale. — Sources orales. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément