THOMAS Monette

Par Julien Chuzeville

Syndicaliste de la Couture à Paris, rattachée à la Fédération CGT de l’Habillement ; militante socialiste SFIO ; féministe ; pacifiste pendant la Première Guerre mondiale.

Lors de la grève de la Couture de septembre 1918 contre la cherté de la vie et pour les 8 heures, Monette Thomas intervint dans chaque meeting. La grève était dirigée par Maurice Millerat, secrétaire du syndicat de l’Habillement, Maréchal, secrétaire du comité intersyndical du vêtement et Madame Paquin, présidente de la chambre syndicale de la Couture parisienne. Les ouvrières de la Couture obtinrent une indemnité de vie chère et il n’y eut aucun renvoi pour fait de grève.

En 1918, Monette Thomas était également militante du Comité d’action suffragiste, dont la réunion du 8 février se tint à son domicile du 12 rue du Mont-Thabor. Elle y proposait que le parlement soit paritaire, avec l’élection d’une femme et d’un homme par circonscription.

Monette Thomas était aussi très active au sein de la minorité pacifiste de la Ligue des droits de l’Homme, et militait à la 3e section de la SFIO dont elle fut trésorière-adjointe. Dans Le Populaire du 27 novembre 1918, elle appelait les femmes à rejoindre « l’Internationale ouvrière, qui abolira les frontières, derniers vestiges des impérialismes ». Dans le numéro du 1er mai 1919, elle dénonçait le fait que « la travailleuse a, dans l’organisation actuelle de la société, un double emploi » : à l’atelier et au logis.

Le 15 septembre 1919, elle cosignait dans L’Humanité un « Appel aux femmes » avec notamment Marthe Bigot et Léonie Kauffmann. En 1919 et 1920, Monette Thomas prit la parole lors de plusieurs réunions de femmes socialistes et des jeunesses socialistes. Elle écrivit dans La Voix des femmes et L’Éveil des locataires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article132570, notice THOMAS Monette par Julien Chuzeville, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 27 juillet 2019.

Par Julien Chuzeville

SOURCES : Arch. PPo Ba1987. — La Bataille, 1918. — Le Populaire, 1918 et 1919. — L’Humanité, 1919 et 1920. — Christine Bard, Les Filles de Marianne, histoire des féminismes 1914-1940, Fayard, 1995.

ICONOGRAPHIE : La Voix des femmes du 15 novembre 1919.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément