TOURON Marius, Régis

Par Gérard Raffaëlli

Né le 5 juillet 1899 et mort le 16 mai 1974 à Saint-Etienne (Loire), syndicaliste (CGT), lithographe.

Fils d’un employé de tramway, Marius Touron entra, le 11 octobre 1911, comme apprenti dans une imprimerie lithographique.

Syndiqué dès le 1er janvier 1915 à la Fédération lithographique puis, en 1919, à la Fédération du Livre, il participa aux grèves de 1921 (cinq mois et vingt-trois jours) et de 1923 (six mois) et devint alors secrétaire adjoint du syndicat lithographique de Saint-Étienne (Loire), puis secrétaire général en 1929 en remplacement de Landy-Jacquot*. Il fut secrétaire de l’Union locale confédérée de 1930 à 1935 et conseiller prud’homme de 1929 à 1944. En mars 1930, M. Touron était le secrétaire du syndicat confédéré [CGT] des ouvriers lithographes de la Loire. En février 1935, il assumait toujours cette fonction.

En janvier 1936, M. Touron était membre de la commission administrative de l’Union départementale de la Loire de la CGT réunifiée.

Dès août 1931, Marius Touron intervint en faveur de l’unité syndicale. il fut membre de l’Union départementale réunifiée et appartint à la minorité. Il signa la lettre à la presse et à la CGT, protestant contre le remplacement des responsables du syndicat des Métaux de Saint-Chamond à l’initiative de l’UL. Délégué en mai 1938 au IIIe congrès de l’UD, il protesta contre la position prise par l’UD dans l’affaire Garnier. Il fut membre du bureau du Centre syndical d’action contre la guerre (voir Georges Maupioux*).

Mobilisé en 1939, Marius Touron devint à son retour en 1940, secrétaire général de l’UD. Il participa au conseil municipal installé par Vichy et devint secrétaire du Comité ouvrier de secours immédiat. A la Libération, il fut exclu du syndicat, arrêté puis relâché et mis en résidence surveillée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article132956, notice TOURON Marius, Régis par Gérard Raffaëlli, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 18 juillet 2020.

Par Gérard Raffaëlli

SOURCES : Papiers Thévenon. — Henry Destour, Les Syndicalistes révolutionnaires et le mouvement syndical dans le département de la Loire entre les deux guerres mondiales, Mémoire de Maîtrise, Saint-Étienne, s.d. — Petrus Faure, Histoire du mouvement ouvrier dans le département de la Loire, Saint-Étienne, imprimerie Dumas, s.d., réimpression, Saint-Étienne, 1956. — La Tribune républicaine, 1er octobre 1938. — L’Écho syndicaliste, août 1931.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément