TRÉVENNEC Yves-Marie

Par Cl. Geslin

Né le 19 juillet 1876 à Carhaix (Finistère) ; ouvrier tailleur de pierre à Lorient (Morbihan) ; militant syndicaliste révolutionnaire.

Fils d’un boulanger, Yves Trévennec adhéra en 1903 aux Jeunesses syndicalistes. En 1907, Trévennec succéda à Le Gouic*, décédé — voir ce nom — au secrétariat de la Bourse du Travail de Lorient. Il fut peu après traduit devant la cour d’assises du Morbihan « sous l’inculpation d’avoir été chercher lui-même à la mairie, qui les lui donna, les noms et adresses des conscrits et de leur avoir adressé un violent appel révolutionnaire et antimilitariste contenant provocation au meurtre et à la révolte adressé à des militaires ». Il fut acquitté. En 1909, une nouvelle instruction fut ouverte contre Trévennec pour insertion dans Le Prolétaire du Morbihan, organe de l’union des syndicats de Lorient et de la région dont il était le gérant, d’un article relatif aux grèves de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges de mai-juin 1908 et à la fusillade du 2 juin qui fit deux morts et une dizaine de blessés. La condamnation fut par la suite amnistiée. En mai 1912, le tribunal correctionnel de Lorient condamna Trévennec pour coups et blessures à une journée de travail, soit 1,25 f d’amende et aux dépens liquidés à 3 f, la contrainte par corps étant fixée à deux jours.

Trévennec, secrétaire de la Bourse du Travail de Lorient de 1907 à 1914, fut assisté :

— en 1910 : de Le Pogam Eug., Le Levé J.-F., Thomas F., Peuron... ;

— en 1911 : de Lacombe Ant., Chenic J.-M., Cren L., Jaffré P., Le Levé J.-F., Le Néchet J.-M.... ;

— en 1913 : de Le Pogam Eug., Lacombe Ant., Le Néchet J.-M., puis de Toulec M., Chenic J.-M., Bertrand...

Inscrit au carnet B. depuis 1913, Trévennec fut également secrétaire de l’union départementale des syndicats dont le second congrès se tint à Vannes le 14 décembre 1913. Le Levé remplissait les fonctions de secrétaire adjoint, et Bruno, aussitôt remplacé par Le Roux A., trésorier. Trévennec assista aux XVIe, XVIIe et XVIIIe congrès nationaux corporatifs — 10e, 11e et 12e de la CGT — respectivement tenus à Marseille, octobre 1908, Toulouse, octobre 1910 et Le Havre, septembre 1912.

Il fut mobilisé en 1914 au 4e régiment d’artillerie et très vite envoyé dans un camp disciplinaire à Pau. Après la guerre, il retrouva ses fonctions de secrétaire de l’Union locale et de l’Union départementale qu’il allait assumer jusqu’à sa mort et fut le principal organisateur des grèves de 1920 dans le Morbihan. Président du conseil des prud’hommes et membre de la commission paritaire, il était devenu militant du Parti socialiste SFIO mais n’y eut jamais de responsabilité et ne fut candidat à aucune élection.

Yves Trévennec mourut le 3 décembre 1928 à Lorient.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article133097, notice TRÉVENNEC Yves-Marie par Cl. Geslin, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Cl. Geslin

SOURCES : Arch. Nat. F7/ 13 567 et F7/ 13 608. — Arch. Dép. Morbihan, série M. — Le Rappel du Morbihan, 1928. — La CGT et le mouvement syndical en France, op. cit. — Le Prolétaire breton, 1929. — Les Temps Nouveaux, 12 octobre et 14 décembre 1907, 14 novembre 1908.

ICONOGRAPHIE : La CGT, op. cit., p. 538.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément