TROUILLARD André

Né le 22 mai 1900 à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure), mort le 29 mars 1979 à Bonsecours (Seine-Maritime) ; employé à la mairie du Petit-Quevilly (Seine-Inférieure) ; militant communiste.

Fils d’un ajusteur et d’une couturière, André Trouillard, employé à la mairie du Petit-Quevilly, était en 1924 secrétaire des Jeunesses communistes de sa commune natale. Il devint secrétaire de la Région communiste de Basse-Seine en 1925-1926, chargé de la commission centrale des cellules. En 1926, il fut délégué au congrès du PC à Lille. Personnage secret, il ne tarda pas à être considéré par la droite comme « l’éminence grise, l’œil de Moscou » en Seine-Inférieure. Il succéda à Maurice Gautier (Maurice Paul Gautier*) aux fonctions de gérant du Prolétaire normand. Le Parti communiste envisagea de présenter sa candidature aux élections législatives d’avril 1928 mais ce projet fut abandonné. La même année, il effectua un long séjour en Russie. En mai 1929, il dirigea la liste communiste aux élections municipales de Sotteville-lès-Rouen.

Bien que gérant du Prolétaire normand, André Trouillard fut supplanté à la direction communiste de Seine-Inférieure par Henri, Gautier (Henri Antoine Gautier*) et Jean Rivière*.Accusé de travail fractionnel avec Odette Brière, il abandonna peu à peu toute vie militante et fut exclu du Parti communiste le 8 septembre 1933. Des communistes locaux mirent en rapport son effacement puis son exclusion, avec l’élimination du « groupe de la Jeunesse » dit « Groupe Barbé-Celor ». On retrouve cette interprétation dans l’autobiographie de Maurice Jean en 1938. Un lettre de Rivière à la direction nationale, en date du 18 octobre 1933, indique que les arguments financier furent utilisés contre lui, comme souvent dans les cas d’éliminations politiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article133207, notice TROUILLARD André , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 11 décembre 2013.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13106. —Arch. Dép. Seine-Inférieure, 1 MP 242. — RGASPI, 495 270 6610. — Arch. judiciaires. — Cahiers du bolchevisme, 12 décembre 1924. — Témoignages recueillis par M. Boivin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable