VALLA Mario

Par Daniel Grason

Né le 2 février 1903 à Parme (Italie), mort le 8 juin 1989 à Juvisy-sur-Orge (Essonne) ; engagé dans la Légion étrangère ; manœuvre ; volontaire en Espagne républicaine.

Mario Valla en 1921 (D.R. Philippe Jourdain)
Mario Valla en 1921 (D.R. Philippe Jourdain)

Fils d’Augusto et d’Ermelinda Gabba, Mario Valla arriva en France venant d’Italie en 1921. Il quitta l’Italie pour fuir le fascisme. Il passa la frontière Franco-Italienne par le col de Sospel entre février et avril de cette même année.
Il s’engagea dans la Légion étrangère (en déclarant se prénommer Marius et être né le 2 février 1901) comme légionnaire de 2ème classe à Marseille dans le 1er Régiment étranger le 19 avril 1921. Il fut incorporé au corps le 30 avril 1921 pour une durée de cinq ans, (numéro de matricule 28497).
Il fit la campagne d’Algérie du 27 avril 1921 au 2 juin 1922. Il a été envoyé en renfort sur le 4ème Régiment étranger au Maroc le 7 septembre 1921. Réformé n°2 par la commission de réforme d’Oran le 2 juin 1922, du fait d’une ancienne affection ayant touchée une partie des colonnes dorsales et lombaires (Gibbosité).
Il obtint le 2 avril 1927 un certificat de bonne conduite délivré par le colonel Rollet du 1er Régiment étranger de la Légion étrangère. Il a été dispensé de service militaire en octobre 1929.
Il vécut dans un hôtel au 6 impasse Choisel à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis). Mario Valla épousa Cécile Alice Charlotte née Lemerle (1904-1941) le 29 décembre 1928, en mairie de Saint-Ouen (Seine, Seine-Saint-Denis). Alice Valla tenait un débit de vins au 9 chemin de Marville à Saint-Denis. Le couple eut six enfants : André (1924-2016), Jeannine (1927-2019), Paul (1928-1939), Denise (1930-2015), Henri (1932-2019) et Jacques (né en 1938).
Mario Valla obtint sa naturalisation française par décret le 10 octobre 1928. Il travailla comme manœuvre aux établissements Chausson à Meudon (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine). Proche ou membre du Parti communiste, il soutint le 24 avril 1933 les 600 ouvriers lockoutés de chez Citroën à Saint-Ouen (Seine, Seine-Saint-Denis), la grève pour des augmentations de salaires touchait toutes les usines du groupe. Appréhendé par la police municipale pour « violences à agents », il était relaxé le jour même, il n’eut pas de poursuites judiciaires. Le lendemain l’éditorial signé de Marcel Cachin dans L’Humanité était titré ainsi : « Malgré la police, les pressions, les manœuvres… Un nouvel et cuisant échec à l’affameur Citroën 90% des ouvriers poursuivent la lutte ».
Il s’engagea dans les Brigades internationales le 23 novembre 1936, il appartint à une compagnie de mitrailleurs du bataillon « Commune de Paris » de la XIVe Brigade internationale avec grade de sergent. Il bénéficia d’une permission, fut interpellé par la police le 14 mai 1937 à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Les policiers pensaient que Mario Valla était un ressortissant italien. Écroué à la Maison d’arrêt de la ville, il fut libéré après vérification et regagna son bataillon. Il rentra à Saint-Denis le 11 janvier 1938 ayant semble-t-il une période militaire à effectuer.
En secondes noces, il épousa Paule Niarfeix le 10 juillet 1948 en mairie de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine). Il cotisa à l’Association des volontaires en Espagne républicaine (AVER) de 1960 à 1965, il habitait alors Suresnes (Hauts-de-Seine).
Mario Valla mourut le 8 juin 1989 à l’hôpital public au 9, rue Camille Flammarion à Juvisy-sur-Orge (Essonne). Son inhumation eut lieu le 14 juin 1989 au cimetière des Bulvis à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article133504, notice VALLA Mario par Daniel Grason, version mise en ligne le 11 novembre 2020, dernière modification le 11 novembre 2020.

Par Daniel Grason

Mario Valla en 1921 (D.R. Philippe Jourdain)
Mario Valla en 1921 (D.R. Philippe Jourdain)

SOURCES : Arch. AVER. – Arch. RGASPI, 545/6, 545.6.45/5 (Moscou). – Arch. PPo. 1W 0908. – L’Humanité 25 avril 1933. – Nos remerciements à Monsieur Philippe Jourdain pour les informations qu’il nous a communiquées le 10 novembre 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément