VANDEPUTTE Émile, dit Paulus, dit Paul Huot

Par Julien Chuzeville

Né le 12 septembre 1872 à Dijon (Côte d’Or), mort en avril 1933 ; cafetier à Dijon (Côte-d’Or) puis à Paris, militant anarchiste et syndicaliste actif dans les années 1900 ; militant communiste dans les années 1920, il fut le gérant de l’Humanité.

Émile Vandeputte commença à militer au moins à partir de 1905. Il prit la parole lors d’un meeting de la CGT à Dijon en avril 1905, au nom du syndicat des limonadiers. En septembre 1906, il participait au congrès des travailleurs de l’alimentation tenu à Marseille. Après la scission de la Bourse du Travail en 1907, il fut un des administrateurs de la CGT syndicaliste-révolutionnaire. Adhérent de l’Association internationale antimilitariste, Émile Vandeputte fut inscrit au carnet B en mai 1909. Il avait été condamné à 50 francs d’amende avec sursis pour avoir menacé un commissaire de police lors de la manifestation du 1er mai 1907. Il déménagea par la suite à Paris, où il travailla comme garçon de café. Il fut rayé du carnet B en 1912. Il militait encore en 1913 dans les organisations syndicales.

Gérant de l’Humanité à partir du 20 mars 1921 (en remplacement de Georges Servantier*), Émile Vandeputte était en janvier 1922 secrétaire de la 10e section de Paris du Parti communiste. A l’issue de la crise née au cours du congrès de Paris (octobre 1922), il fut désigné comme gérant du Bulletin communiste, en remplacement de René Reynaud, et le demeura jusqu’au numéro du 19 septembre 1924. En novembre 1922, il signa la déclaration de la tendance Dondicol*-Renoult*.

En 1923, il était à la fois gérant de l’Humanité, du Travailleur du Nord-Est, de la Voix paysanne, de l’Ouvrière et de l’Étincelle des Vosges. Cela lui valut de nombreux procès, pour « provocation de militaires à la désobéissance », « outrages à l’armée », etc. Il fut arrêté en 1924. D’après un rapport de police, il travaillait en 1925 à l’ambassade d’URSS à Paris. Il avait été remplacé comme gérant de l’Humanité par Marcel Cachin le 5 décembre 1923, mais demeura employé à l’administration du journal jusqu’en septembre 1929. En 1931, il était employé comme permanent par la région Nord du PC, mais le secrétaire régional signalait au Centre le 31 août qu’il n’y avait plus assez d’argent pour le payer. Émile Vandeputte mourut deux ans plus tard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article133651, notice VANDEPUTTE Émile, dit Paulus, dit Paul Huot par Julien Chuzeville, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 4 juin 2019.

Par Julien Chuzeville

SOURCES : Arch. Nat. F7/12970 ; Arch. Nat. F7/13 567 ; Arch. Nat. 19940482/31. — Arch. du PCF, 3MI6/74 séquence 493. — L’Humanité, 30 avril 1905, 28 septembre 1906, 1er janvier 1922, 2 février 1924, 27 mars 1924, 11 mai 1924, 20 avril 1933. — Le Populaire, 11 mars 1923. — Alexandre Courban, L’Humanité (avril 1904-août 1939), thèse de doctorat, université de Bourgogne, 2005, p. 832.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément