VAUCLIN Charles, Georges

Par Jean-Jacques Doré

Né le 7 août 1900 à Sommery à côté de Saint-Saens (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 8 décembre 1955 à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) ; ouvrier boulanger, puis brigadier boulanger ; secrétaire du syndicat unitaire (CGTU) des Boulangers de Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) de 1924 à 1931 puis du syndicat CGT de 1932 à 1935 ; militant communiste.

Fils d’un charron, blond aux yeux bleus d’1 m. 62, Charles Vauclin, mobilisé dans l’artillerie en mars 1920, fut rendu à la vie civile avec le grade de maréchal des logis le 3 février 1922. Il retourna aussitôt au pétrin dans uns grande boulangerie de Rouen où il épousa Alice Saint-Pair le 4 décembre 1923 et le couple s’installa 83 rue des Bons-Enfants.

En février 1922, la majorité des militants (un peu plus d’une centaine) du syndicat des Ouvriers boulangers de Rouen rejoignit la CGTU (Edmond Martin était secrétaire et Maurice Dehais, trésorier), tandis que le 8 mars suivant Isidore Porquet et une trentaine de militants reconstituèrent le syndicat confédéré (CGT).

En janvier 1924, Charles Vauclin succéda à Edmond Martin à la tête du syndicat unitaire, il était assisté d’Edmond Martin (secrétaire adjoint), Charles Boulet (trésorier) et Maurice Gibert (trésorier adjoint). Inscrit au Parti communiste, il le représenta aux élections municipales de Rouen en 1925. La même année, il signa en octobre la lettre à l’Internationale communiste, dite Lettre des 250, qui critiquait l’application de la « bolchevisation » par la direction du Parti communiste français.

Réélu tous les ans au secrétariat du syndicat unitaire, il fut, en 1926 (le 11 mars sans doute), l’un des présidents du meeting tenu à la salle Wagram sur le travail de nuit dans la boulangerie.

Proche de Victor Engler, Vauclin fut exclu du Parti communiste en 1927 et rejoignit la Ligue syndicaliste majoritaire à l’Union locale unitaire de Rouen. Il entretenait, en outre, d’excellents rapports avec le secrétaire du syndicat confédéré Isidore Porquet, les deux secrétaires multipliaient les réunions et les actions communes, si bien que le syndicat unitaire rejoignit le syndicat CGT début 1932. Charles Vauclin fut élu secrétaire et Isidore Porquet trésorier. Il apportait dans la corbeille 105 militants qui s’ajoutèrent aux 35 confédérés.

Secrétaire du syndicat jusqu’en 1935, il fut l’adjoint d’Isidore Porquet de 1936 à 1939, après avoir été promu brigadier boulanger en 1937.

Charles Vauclin était père de deux enfants, la famille habitait 22 place de la Rougemare à Rouen en 1928 puis 381 A rue Victor Hugo à Sotteville-lès-Rouen à partir de 1938. Il mourut à Saint-Étienne-du-Rouvray le 8 décembre 1955.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article133845, notice VAUCLIN Charles, Georges par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 30 mars 2021, dernière modification le 30 mars 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. dép. Seine-Maritime 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936, 1 MP 343 Dossiers individuels des membres du PCF de L à Z, 1 MP 497 Communisme, État civil, Registre matricule militaire. — Arch. Mun. Rouen 7 F 3 Réunions syndicales 1926-1934. — l’Humanité, 12 mars 1926. — Le Travailleur de l’Alimentation, organe de la Fédération nationale confédérée des travailleurs de l’Alimentation de France et des colonies, janvier-février 1928, janvier-février, juillet-août 1932, mars-avril 1935 (BNF Gallica). — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément