VESTIZON Jean-Gilbert

Par Alain Dalançon

Né le 22 mai 1882 à Saint-Sulpice-les-Champs (Creuse) (n.e.e.c), mort le 3 août 1971 à Maisons-Laffitte (Yvelines) ; économe d’école normale, inspecteur général ; militant syndicaliste de la FGE-CGT.

Fils de Pierre Vestizon, maréchal ferrant, et de Marie Girard, sans profession, Jean-Gilbert Vestizon obtint le brevet élémentaire à Clermont-Ferrand en 1898, avant d’être élève-maître à l’Ecole normale d’instituteurs de Guéret (1898-1901), où il acquit le brevet supérieur. Instituteur stagiaire à Guéret (1er octobre 1901-28 mars 1902), puis à Bourganeuf (28 mars 1902-1er novembre 1903), il obtint le certificat d’aptitude pédagogique. Il effectua ensuite son service militaire jusqu’au 1er octobre 1904, puis, ayant obtenu le certificat du travail manuel dans les écoles normales et les écoles primaires supérieures en juin 1904, il enseigna comme instituteur délégué dans les fonctions de professeurs d’allemand à l’EPS de La Souterraine (Creuse), du 1er octobre 1904 au 26 octobre 1905.

Il partit ensuite dans la région parisienne, et après un court passage en tant qu’instituteur à l’école primaire de garçons de Bagnolet (Seine/Seine-Saint-Denis) (octobre 1905-janvier 1906), il fut stagiaire durant le reste de l’années scolaire à l’économat de l’Ecole normale de Guéret et chargé de l’enseignement de l’histoire -géographie au cours spécial du lycée. À l’issue de son stage, il obtint le certificat d’aptitude aux fonctions d’économe des ENI, mais il ne commença cette nouvelle carrière qu’à la rentrée scolaire 1907, après une nouvelle année d’enseignement comme instituteur à Alfort (Seine/Val-de-Marne).

Nommé dans un premier temps à l’ENI de Sainte-Sauve (Gironde), il fut affecté un mois plus tard à celle de Charleville (Ardennes) de 1907 à 1910, puis à celle de Rouen (Seine-inférieure/Maritime), où il fut distingué officier d’académie dans la promotion de juillet 1913.

Réformé, il assura durant toute la durée de la guerre, à titre bénévole, et en plus de son service normal, les fonctions d’économe de l’hôpital 103 à Rouen.

Le 1er mai 1919 il commença à diriger l’économat de l’ENI de la Seine. Il se maria à Charleville le 2 janvier 1920 avec Thérèse Houlmont, sans profession, née en 1887, fille d’un entrepreneur de menuiserie ; ils n’eurent pas d’enfant.

Jean-Gilbert Vestizon devint secrétaire du Syndicat des économes d’écoles normales à sa fondation. Ce syndicat venait de la transformation le 30 mars 1927, de l’Association des économes d’écoles normales fondée en 1919. Il était assisté dans ses fonctions par Lupin*, secrétaire adjoint et Madame Prot*, trésorière. Le syndicat était affilié à Fédération générale de l’enseignement-CGT nouvellement créée, dont il fut élu trésorier. Il exerça cette responsabilité jusqu’en 1937-1938.

Il fut en effet nommé à la rentrée 1938 chargé de mission d’inspection générale pour l’organisation, le contrôle et l’inspection des internats des 1er et 2e degrés gérés ou contrôlés par l’État. À partir du 1er octobre 1940, il avait rang et prérogatives d’inspecteur général des services administratifs.

Il fut admis à la retraite le 1er janvier 1948.
Il avait été fait chevalier de la Légion d’honneur en juillet 1934 puis officier en septembre 1946.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article134273, notice VESTIZON Jean-Gilbert par Alain Dalançon, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 15 mars 2021.

Par Alain Dalançon

SOURCES : Guy Caplat, notice biographique dans L’inspection générale de l’Instruction publique au XXe siècle. Dictionnaire biographique des inspecteurs généraux et des inspecteurs d’académie de Paris, Publications de l’INRP, 1997. — Arch. PPo 304 et 306. — Le Peuple, 9 janvier 1929.— JO lois et décrets, 15 août 1913, 11 septembre 1920, 5 août 1934. — Notice DBMOF non signée totalement revue.

ICONOGRAPHIE : CGT 1937.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément