VIAL-COLLET Jean, Marie, Félix

Né le 12 août 1880 à Paris (XIe arr.), mort le 30 novembre 1938 à Vitry-sur-Seine (Seine) ; clicheur ; stéréotypeur-galvanoplaste ; militant syndicaliste (CGT, CGTU).

Fils de François Vial-Collet, marchand de vin, et de Marie Marguerite Poirier, Jean Vial-Collet, qui avait travaillé d’abord comme métallurgiste, puis était devenu clicheur. En 1899 il devança l’appel et s’engagea dans l’armée (artillerie) jusqu’en 1903. Il en sortit avec le grade de brigadier.

A partit de 1910 au moins, Via-Collet s’engagea dans lutte syndicale des clicheurs. En 1910, il était secrétaire adjoint de la Chambre syndicale des stéréotypeurs-galvanoplastes.

Réserviste, il fut mobilisé pendant toute la Première Guerre mondiale, d’août 1914 à février 1919.

En 1921 il était membre du comité fédéral du Livre parisien CGT et secrétaire du syndicat des stéréotypeurs-galvanoplastes. Il fut élu en 1922 secrétaire du Comité unitaire des fédérés parisiens du Livre.

Il présenta le rapport moral au cours du congrès constitutif de la Fédération unitaire du Livre tenu à Lyon les 24-25 juin 1922. Élu secrétaire de cette fédération, il appartint à la commission exécutive au titre des stéréotypeurs-galvanoplastes. Dès 1923, il s’opposa aux communistes qui se constituaient en tendance par le biais des commissions syndicales. En 1924-1925, Jean Vial-Collet assumait les mêmes fonctions et était membre du Comité d’action contre l’impérialisme et la guerre. Ce fut encore lui qui présenta le rapport moral lors du IIe congrès national du Livre unitaire (22-25 août 1925). Mais, dès cette époque, il semble avoir été partisan d’un rapprochement avec la CGT pour reconstituer l’unité syndicale. Il fit un voyage en Union Soviétique et en revint critique.
_
_Il s’était marié le 12 août 1914 à Paris (IVe arr.) avec Marie Augustine Cellier-Barrette.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article134329, notice VIAL-COLLET Jean, Marie, Félix , version mise en ligne le 11 mars 2015, dernière modification le 24 avril 2020.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13972 et 13973. — Frédérique Barre, La Fédération unitaire du Livre 1922-1935, Mémoire de Maîtrise, Paris I, s.d. — L’Humanité, 1er et 29 janvier 1922. — Le Libertaire, 8 décembre 1938. — Notes de J. Charles. — Arch. Paris État civil en ligne cote V4E 4021, vue 4 et registre matricule D4R1 1096 (n°3486) [en ligne].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément