VILLIERS E.

Par Rolf Dupuy

Gérant d’avril à août 1922 du Libertaire, organe hebdomadaire de l’Union anarchiste, E. Villiers (dont le nom véritable pourrait être Van Heyst) fut incarcéré pour s’être publiquement solidarisé avec Émile Cottin, auteur d’un attentat contre Clemenceau en février 1919. Incarcéré à la prison de la Santé, il entreprit en juillet 1922 une grève de la faim avec d’autres anarchistes emprisonnés pour la même raison notamment Courme, Maurice Fister, Louis Loréal et Kleber Nadaud.

Au bout de 12 jours de grève, il fut admis avec Loreal et Fister à l’hôpital Cochin où tous trois, considérant que leur protestation n’y aurait pas la même porté, décidèrent de se réalimenter pour reprendre des forces et recommencer la grève lors de leur retour à la prison.

Il avait été remplacé à la gérance du Libertaire par Gabriel Braye.

Début septembre 1922 il fut condamné à 3 mois de prison par la 14e Chambre correctionnelle qui condamnait également Loréal et Delecourt à 8 mois de la même peine et Lucien Leauté auteur d’un poème en faveur de Cottin à 6 mois. Il était à nouveau traduit (en appel ?) début décembre devant la 11e Chambre qui le condamnait à 3 mois ainsi que G. Vidal et 8 mois à Leauté.

Il avait été mobilisé pendant la guerre de 1914-1918.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article134748, notice VILLIERS E. par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 2 juillet 2021.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Le Libertaire, n° 186, 11-18 août 1922, 8 & 29 septembre, 24 octobre, 24 novembre 1922. — Terre Libre, Marseille, année 1922. — R. Bianco, Un siècle de presse anarchiste d’expression française, Thèse d’État, Aix-en-Provence, 1988.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément