VIOUJAS André, Casimir

Par Roger Pierre

Né le 24 août 1913 à Flaviac (Ardèche), mort le 1er octobre 1986 à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI ; militant communiste ; résistant.

Fils d’un négociant, André Vioujas, élève à l’École normale d’instituteurs de Privas de 1929 à 1932, adhéra à la cellule des Jeunesses communistes (voir Henri Chaze*). Secrétaire du groupe des JC de Flaviac en 1934, membre de son comité fédéral, il devint secrétaire de la Fédération des Jeunesses communistes de l’Ardèche lors du départ de Chaze au service militaire et fut, en 1938, l’initiateur et le secrétaire d’un comité d’entente départemental qui groupait l’UJFF, les JC, l’UJAF, les Jeunesses radicales et les Jeunes de l’UFAC, mais auquel les Jeunesses socialistes refusèrent de s’associer.

Mobilisé en 1939 au 93e RA de montagne, il fut relevé de ses fonctions d’instituteur en avril 1940 pour avoir refusé de condamner le Pacte germano-soviétique. Le gouvernement de Vichy confirma cette révocation, et André Vioujas, qui participa à la Résistance, ne fut réintégré dans l’enseignement qu’en 1944.

À partir de cette date, il milita au Syndicat national des instituteurs (membre du conseil syndical) et au Parti communiste français, comme trésorier ou secrétaire de section.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article134888, notice VIOUJAS André, Casimir par Roger Pierre, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 12 janvier 2022.

Par Roger Pierre

SOURCES : La Voix populaire, 1938-1939. — Rens. d’A. Vioujas et H. Chaze.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément