WALTER Albert, Joseph

Par Justinien Raymond

Né et mort à Saint-Denis (Seine), 20 juin 1852-13 mars 1919 ; dessinateur-mécanicien ; militant socialiste ; député.

Albert Walter, d’abord membre du PSR, adhéra avec lui en 1901 au Parti socialiste de France, puis en 1905 à la SFIO. Au congrès de la salle Japy à Paris (décembre 1899), il représenta l’Union socialiste de Stains (Seine), groupe du PSR, et celui de Dugny (Seine) au congrès de la salle Wagram (septembre 1900). Il siégea aux congrès de Lyon (1901), de Tours (1902), au congrès d’unité de Paris, salle du Globe (avril 1905) et au congrès national du Parti socialiste SFIO à Chalon-sur-Saône (octobre 1905). Il fut le véritable organisateur du parti socialiste à Saint-Denis. Il en sera l’élu intermittent à l’Hôtel de Ville et l’élu régulier au Parlement. Il siégea au conseil municipal de Saint-Denis de 1884 à 1896, fut maire depuis 1892, battu en 1896, réélu en 1904, battu en 1908 ; réélu en 1912, il refusa l’écharpe de maire et ne quitta plus l’Hôtel de Ville. Il organisa la conférence des conseillers municipaux socialistes de France.

Aux élections législatives de 1893, dans la 2e circonscription de Saint-Denis, Walter fut élu au scrutin de ballottage par 6 608 voix sur 16 129 votants. Il fut réélu dans les mêmes conditions en 1898 et en 1902 par 12 865 voix sur 20 069 et 10 165 sur 16 713. Il fut réélu au premier tour en 1906 par 9 379 suffrages sur 20 027 votants, au second en 1910 par 8 901 sur 18 035, au premier en 1914 par 8 588 sur 14 269.

Au début de janvier 1909, candidat socialiste au Sénat, dans la Seine, Walter obtint 81 voix sur 945 votants.

Albert Walter créa le 29 mars 1902 l’hebdomadaire, l’Émancipation qu’il dirigea mais auquel il donna peu d’articles.

Majoritaire pendant la guerre, Walter fut mis en difficulté dans sa section en juin 1916. Un vote de défiance entraîna sa démission de son mandat de conseiller municipal puis sa section décida de l’exclure ce qui l’amena à déposer une « demande de contrôle » à la Fédération socialiste de la Seine. Évincé de l’Émancipation, il répliqua en créant le Réveil social. Il aurait vraisemblablement été exclu s’il n’était mort le 13 mars 1919.

Walter fut réhabilité après la disgrâce de son principal adversaire, Joseph Descossy*. Le 19 mars 1921, on put lire : « L’Émancipation ne veut pas passer sous silence le deuxième anniversaire de la mort du citoyen Walter. [...] Il nous plaît de rappeler ici ce que fut cette conscience droite, éprise du dévouement le plus total à la classe ouvrière. Et si l’injustice des hommes lui fit une fin de vie pénible, il est bon que dans le silence de la tombe, toute notre gratitude et toute notre estime respectueuse aillent saluer la mémoire d’Albert Walter, ancien député de Saint-Denis. » Et, le 4 mai 1921, le conseil municipal donna son nom à la rue de la Fromagerie, au centre de Saint-Denis.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article135180, notice WALTER Albert, Joseph par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 1er février 2019.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Ass. Nat., dossier biographique. — Centre d’archives contemporaines, Fontainebleau, versement 19940494, n° 3724. — Hubert-Rouger, La France socialiste, Paris, 1912, p. 391-392. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, t. III in Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière publiée sous la direction de Compère-Morel, Paris, 1913 et 1921, p. 139 à 153, passim. — Comptes rendus des congrès socialistes. — J.-P. Brunet, Une banlieue ouvrière : Saint-Denis (1890-1939) : problèmes d’implantation du socialisme et du communisme, Thèse d’État, Paris IV, 1978.

ICONOGRAPHIE : La France socialiste, op. cit., p. 391.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément