WAXIN Émile

Par Yves Le Maner

Né le 28 janvier 1874 à Mazinghien (Nord), mort le 14 septembre 1948 à Saint-Hilaire-lez-Cambrai (Nord) ; ouvrier tisseur puis commerçant ; militant socialiste puis communiste puis à nouveau socialiste ; secrétaire du syndicat des tisseurs du Cambrésis ; maire de Saint-Hilaire-lez-Cambrai, conseiller général du Nord (1919-1940).

Ouvrier tisseur depuis son enfance, Émile Waxin ouvrit au début du siècle un petit commerce à Saint-Hilaire-lez-Cambrai qui lui permit de se mettre à l’abri du chômage auquel il était exposé du fait de ses activités militantes. En effet, il était depuis la fin des années 1890 secrétaire du syndicat des tisseurs de Saint-Hilaire et devint l’animateur de la section locale du Parti socialiste SFIO dès sa fondation en 1905. Élu en 1919 secrétaire du syndicat interlocal professionnel et mutualiste des tisserands du Cambrésis (créé en 1907), il affilia cet important groupement à la Fédération CGT du Textile, le 1er février 1919.

Émile Waxin fit preuve d’un certain opportunisme en matière politique qui se traduisit par des volte-faces spectaculaires. Cet ancien membre du POF resta fidèle au Parti socialiste SFIO lors des premières semaines qui suivirent le congrès de Tours, mais opta finalement pour le Parti communiste dont il devint membre en 1922. Le refus de sa candidature en vue des législatives de 1924, joint à des préoccupations électorales locales, provoquèrent son retour au sein du Parti socialiste SFIO en 1925.

Maire de Saint-Hilaire depuis 1919, Émile Waxin avait démissionné de ce poste en août 1920 à la suite d’accusations de négligences administratives portées par la préfecture, mais il avait été triomphalement réélu quelques semaines plus tard ; il conserva la mairie jusqu’en 1935, date à laquelle il dut céder la place à la liste communiste de Gustave Jacquemin*. Élu conseiller général du canton de Carnières en 1919, il fut constamment réélu pendant toute la période de l’entre-deux-guerres, avec ou sans l’apport des voix communistes. Membre du conseil d’administration de L’Avenir du Cambrésis, il donna de nombreux articles dans ce journal socialiste qu’avait fondé Maurice Camier*.

Les louvoiements politiques d’Émile Waxin se répercutèrent inévitablement sur son action syndicale. Rangé parmi les minoritaires au Ve congrès de l’Union départementale CGT du Nord réuni à Lille le 26 juin 1921, il affilia le syndicat des tisseurs du Cambrésis à la CGTU le 12 avril 1922. Son retour à la SFIO entraîna son exclusion du syndicat en 1926 et il devint alors secrétaire général de l’Union des syndicats textiles de la région de Cambrai-Valenciennes (CGT), fonction qu’il allait conserver jusqu’à la réunification de 1935. Par ailleurs, il fut secrétaire de la société coopérative régionale des Métiers à tisser (ROI) de 1920 à 1940.

Pendant l’Occupation, Émile Waxin fut placé sous surveillance par les autorités de Vichy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article135244, notice WAXIN Émile par Yves Le Maner, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 9 octobre 2012.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Dép. Nord, M 154/191, 595/38B et 595/68. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 2500. — C.r. du congrès de la Fédération socialiste du Nord de 1925. — Alain Duchatelle, Biographie des militants ouvriers de l’arrondissement de Cambrai entre les deux guerres, Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1973.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément