PIPERAUD Jean-Baptiste

Par Justinien Raymond

Né à Bélabre (Indre) le 3 octobre 1835 ; mort à Paris le 8 février 1907 ; fabricant de porcelaine, instituteur, chef d’institution ; Capitaine sous la Commune ; conseiller municipal de Paris.

Fils d’un ouvrier charron, Jean-Baptiste Piperaud fut capitaine sous la Commune de Paris, au 30e bataillon fédéré. Il fut condamné par contumace, le 19 novembre 1872, par le 4e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la privation des droits civiques. Il purgea sa contumace, et, le 9 juin 1874, en jugement contradictoire, le 4e conseil de guerre ramena sa peine à un mois de prison.

Il était en 1876 chef d’institution rue du Bourg-Tibourg, ses revenus étaient d’environ 4 500 F. annuel, il dirigeait, avec sa femme, une institution de 50 élèves, dont elle reprit la charge après son élection et agrandit l’établissement installé à Clichy dès 1892.
Franc-maçon, militant radical, lié avec Chassaing, dans le IVe arr., il glissa progressivement vers le socialisme. En mars 1893, son comité donna son adhésion à la Fédération républicaine socialiste de la Seine, puis il se rapprocha de la FTSF et adhéra au programme de Saint-Mandé puis au programme minimum socialiste de 1900.
Élu dans le quartier Saint-Gervais pour la première fois en 1884 il fut réélu jusqu’à sa mort. En 1881 il avait échoué avec 26,96 % puis 30 % des voix, en 1884 il avait obtenu 36,22 %, en 1887 39,32 %, en 1890 20,22 % puis 37,77 %, en 1893 25,22 % puis 37,95 %, en 1896 40,95 %, en 1990 36 % et en 1904 42,88 %. Après la création de la SFIO, il resta socialiste indépendant.
Il avait été délégué au congrès de la salle Japy (1899) comme un des représentants, l’autre étant Sons, de la circonscription électorale du IVe arr. En 1901 il participa au congrès du POF à Roubaix.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article135998, notice PIPERAUD Jean-Baptiste par Justinien Raymond, version mise en ligne le 1er décembre 2010, dernière modification le 27 avril 2020.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Min. Guerre, 4e conseil (n° 752). — Arch. PPo., listes de contumaces. — Bibl. Nat. Notes biographiques... op. cit. — Compte rendu des congrès. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, pp. 162 à 178, passim. — Michel Offerlé, Les socialistes et Paris, 1881-1900. Des communards aux conseillers municipaux, thèse de doctorat d’État en science politique, Paris 1, 1979.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément