POUPET Benjamin [POUPET Jean-Baptiste, Benjamin, dit Mirabelle]

Né à Cosne-sur-Loire (Nièvre) le 28 août 1825 ; maçon à Cosne ; sympathisant de la Commune de Paris ; militant socialiste à Cosne puis à Paris.

Il était marié, père de trois enfants dont Gambon fut le parrain. Il fut accusé d’avoir participé activement, du 15 au 18 avril 1871, aux troubles de Cosne. Le 18 au soir, il participa, chez Asselineau, à une réunion en vue d’étendre le mouvement à d’autres localités.
La cour d’assises du Loiret le condamna, le 8 décembre 1871, à cinq ans de détention et, solidairement, aux frais. Le 23 août 1870, il avait été déjà condamné, par un arrêt de la Cour de Bourges, à un an de prison pour cris séditieux, notamment : À bas l’Empereur ! Vive la Prusse ! à la nouvelle des premiers revers français. Il avait encouru deux autres condamnations pour ouverture d’un débit de boissons sans autorisation et outrages à un fonctionnaire public. Détenu un temps à Port-Louis (Morbihan), il fut noté pour son esprit d’indiscipline. Sa femme mourut en 1874, durant sa captivité.

En 1901, Poupet était conseiller municipal de Cosne. Il contribua, en avril, à fonder un groupe socialiste à Cosne, l’année suivante, un groupe à Myennes. Il semble avoir quitté Cosne pour Paris en 1903. En 1898 déjà, un Poupet, originaire de Cosne, était membre du groupe socialiste révolutionnaire parisien des originaires de la Nièvre ; il en était le trésorier en 1900.
L’Observateur du Centre du 24 avril 1906 inséra un manifeste du groupe socialiste parisien des originaires de la Nièvre en faveur des candidats socialistes du département aux élections législatives. Parmi les membres de la commission exécutive signataires, on relève deux Poupet dont « Poupet père, de Cosne ».
Voir Rigollet A.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136004, notice POUPET Benjamin [POUPET Jean-Baptiste, Benjamin, dit Mirabelle], version mise en ligne le 1er décembre 2010, dernière modification le 12 janvier 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/770, Port-Louis, 14 septembre 1872 et BB 24/806. — Gazette des Tribunaux, 10 décembre 1871. — Collection de l’Observateur du Centre, journal de la Fédération socialiste de la Nièvre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément