JOZEFOWICZ Marcel [JOZEFONWICZ Marcel, dit)

Par Jacques Girault

Né le 14 décembre 1934 à Paris (XIVe arr.) ; professeur de chimie à l’Université de Paris XIII ; militant du Parti communiste français (1954-1984), conseiller municipal de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis).

Marcel Jozefowicz en 1978.
Marcel Jozefowicz en 1978.

Son père, tailleur, et sa mère, culottière à domicile (couturière mécanicienne selon le registre de naissance de l’état civil), étaient communistes. Son père, juif polonais, engagé dans la Légion étrangère en 1939, interné à Pithiviers puis à Drancy, mourut de maladie en décembre 1941. Presque toute sa famille fut déportée et gazée à Auschwitz lors de la Deuxième Guerre mondiale. Son cousin, Henri Pawlowski, âgé de 18 ans, résistant FTP-MOI, membre du groupe Manouchian, fut fusillé en octobre 1943. Pour ces raisons, Marcel Jozefowicz refusa de servir sous les ordres du général allemand Speidel nommé commandant en chef des forces terrestres de l’OTAN pour le Centre Europe en avril 1957.

Marcel Jozefowicz (indiqué Jozefonwicz sur le registre de naissance), reconnu pupille de la Nation par jugement du Tribunal civil de la Seine en 1949, effectua des études secondaires aux lycées Jacques Decour (1945-1952), Jean-Baptiste Say (1952-1954) et Chaptal (1954-1955). Il fut reçu en 1955 au concours d’entrée à l’École nationale supérieure de chimie de Paris (ENSCP). Il obtint la licence ès-sciences physiques en 1958 puis le doctorat d’État ès-sciences physiques à la faculté des sciences de Paris (octobre 1962).

Sous-chef de travaux à l’École supérieure de physique et chimie industrielle de la ville de Paris de 1958 à 1962, Jozefowicz devint maître-assistant à la Faculté des Sciences de Paris (1962-1966), puis maître de conférences à la Faculté des Sciences de Nancy (1966-1969). Il fut nommé professeur titulaire de la chaire de chimie à la création du Centre scientifique de Saint-Denis-Villetaneuse qui ouvrit en 1969 dans les locaux du futur Institut universitaire de technologie de Saint-Denis, place du Huit Mai. En 1970, ce centre fut renommé Centre scientifique et polytechnique (CSP) de l’Université Paris XIII (Université Paris Nord) lors de la réorganisation des universités parisiennes. Il présenta ses activités dans un entretien d’une page dans 93 actualités- Saint-Denis républicain, le 19 octobre 1973. Premier président du département de chimie puis deuxième directeur du CSP, membre du conseil de l’Université et président de la commission des statuts, il devint le deuxième président de l’Université (1973-1978). Il fut ensuite vice-président de son conseil scientifique (1978-1983) puis du conseil de la valorisation de la recherche (1998-2000). Il fut directeur-adjoint des formations d’ingénieurs de l’Institut Galilée de 1988 à 1993 (UFR résultant de la transformation du CSP en institut intervenue en 1988).

Marcel Jozefowicz, membre du SNESup de 1958 à 1982, participa aux luttes pour obtenir la construction d’un centre universitaire à Villetaneuse.
Son enseignement portait sur la chimie générale et la chimie organique en premier cycle, la thermodynamique et la cinétique électrochimique ainsi que la corrosion des métaux dans le cadre de la formation d’ingénieurs matériaux et bio-matériaux du troisième cycle « Génie biologique et médical ».
Directeur du Laboratoire de recherches sur les macromolécules à l’Université de Paris XIII, Marcel Jozefowicz fut toujours partisan du développement de relations entre l’Université et l’industrie, notamment dans le domaine de la recherche fondamentale et appliquée, et également pour les formations d’ingénieurs. A ce titre, il présida le Groupe de réflexion puis le Comité d’action concertée sur les bio-matériaux dans le cadre de la DGRST (1977-1981). Son action se poursuivit dans des structures diverses successives dont il fut toujours le fondateur et le directeur (GRECO « Polymères hémocompatibles » du CNRS de 1976 à 1984, groupement d’intérêt public « Thérapeutiques substitutives » de 1986 à 2001 qui devint la Société anonyme Thérapol à partir de 2001 lorsque sur proposition du gouvernement et de l’Université Paris XIII, la société racheta l‘ensemble des activités et des brevets du groupement d’intérêt public. Retraité en 2002, il continua jusqu’en 2006 à présider et diriger la société Thérapol.

Organisateur et président des Assises régionales de la Recherche et de la Technologie de l’Ile-de-France Nord en 1980-1981 et délégué régional de l’Ile-de-France Nord de la Recherche et de la Technologie de 1981 à 1984, il fut chargé de mission pour les technologies biomédicales dans le cabinet du ministre de la Santé Jack Ralite de 1981 à 1983.

Marcel Jozefowicz eut des responsabilités internationales : membre du conseil de l’European Society for biomaterials (1985-1985), président du comité « Interactions between polymers and living systems » de l’Union internationale de chimie pure et appliquée de 1984 à 1992, vice-président de la Société européenne des bio-matériaux de 1991 à 1995. Il fut membre du conseil scientifique de la revue Biomaterials de 1986 à 2001.

Marcel Jozefowicz et son épouse développèrent une collaboration scientifique fructueuse depuis 1972 jusqu’à 2006. Ils furent les initiateurs en France des recherches fondamentales et appliquées sur les bio-matériaux (matériaux pour prothèses implantables chez l’homme). Ils publièrent plus de 500 articles scientifiques dans des journaux à comités de lecture, et des articles de vulgarisation scientifique sur les bio-matériaux. Co-inventeurs de plus de 100 brevets, ils dirigèrent plus de 100 thèses de doctorat es-sciences (mentions « Bio-matériaux et Génie biologique et médical). En 1996, ils furent co-lauréats du prix Clemson pour la recherche fondamentale sur les bio-matériaux de la Société américaine des bio-matériaux.

Marcel Jozefowicz, athée, se réclamant du marxisme, membre du PCF depuis 1954, signa en 1956 l’appel des cinquante étudiants pour la fondation de l’Union des étudiants communistes. Il fut de 1956 à 1966 membre du comité de la section communiste puis du comité du Ve arrondissement du PCF. Membre du bureau puis du secrétariat du comité à la fin des années 1950, il fut chargé dans les années 1960 de suivre l’activité des universitaires communistes du Ve arrondissement. Il partageait, à cette époque, les idées de Jean-Pierre Vigier. De 1960 à 1966, il habitait la même cité que Pierre Juquin à Fresnes dont il fut très proche idéologiquement jusqu’en 1977.

Marcel Jozefowicz, de 1969 à 1972, habitait Villetaneuse et fut élu conseiller municipal en mars 1971 sur une liste conduite par Pierrette Petitot, maire communiste depuis 1945. Il était chargé de développer les relations entre l’université et la municipalité. Lors de la conférence de la fédération communiste de Seine-Saint-Denis en décembre 1972, il fut désigné comme le responsable de la nouvelle commission de l’enseignement supérieur. Il quitta le PCF en 1984, en raison de désaccords persistants avec la stratégie mise en place en 1977 par le Parti sous la direction de Georges Marchais.

A partir de 1973, il habitait Lamorlaye (Oise) et fut candidat sur des listes d’union de la gauche aux élections municipales. Il fut notamment en tête de la liste « d’action municipale de la gauche » en 1995, sur laquelle son épouse figurait. La liste émanait du Comité d’action des citoyens de gauche de Lamorlaye, qu’il avait créé et dont il fut le deuxième président.

Marcel Jozefowicz se maria en février 1957 à Paris (XVIIIe arr.) avec Jacqueline, Antoinette, Dorgebray, née le 4 septembre 1935 à Taverny (Seine-et-Oise), fille d’un entrepreneur de construction de pavillons préfabriqués, ingénieur diplômée de l’ENSCP, docteur ès-sciences physiques (Université de Paris XI, Orsay) en 1967. Attachée puis chargée de recherches au CNRS de 1960 à 1979, elle devint directeur de recherches (Département des Sciences Chimiques) en 1979 et n’employait que son nom légal, Jozefonvicz. Le couple eut une fille.

Jacqueline Jozefonvicz quitta le PCF en 1980 après l’approbation, depuis Moscou, par Georges Marchais, de l’entrée des troupes soviétiques en Afghanistan. Elle fut candidate aux élections municipales à Nancy en 1971 et à Lamorlaye (1977, 1983, 1991 et 1998 sur des listes d’union de la gauche. Elle fut éditrice associée du Journal of Biomaterial Science, Polymer Edition (Union Européenne) de 1989 à 2003 et membre du conseil scientifique du Journal of Biomedical Material Research (USA).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136070, notice JOZEFOWICZ Marcel [JOZEFONWICZ Marcel, dit) par Jacques Girault, version mise en ligne le 17 décembre 2010, dernière modification le 11 juin 2021.

Par Jacques Girault

Marcel Jozefowicz en 1978.
Marcel Jozefowicz en 1978.

ŒUVRE :
Marcel Jozefowicz co-auteur de Chimie organique, 4 volumes, Paris, Flammarion, 1973-1976

SOURCES : Arch. Dép. de Seine-Saint-Denis, Archives du comité national du PCF, 261 J 27/98. — Presse nationale et locale. — Chemical Abstracts. — Renseignements fournis par l’intéressé.. — Sources orales. — Divers sites Internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément