OCULI Lise

Par René Gallissot

Née en 1912, morte en janvier 1947 ; militante communiste ; membre du comité central du PCA ; conseillère municipale d’Alger.

Née dans une famille de petits colons de la région de Djidjelli, mariée à Clément Oculi, Lise Oculi fut une des femmes mises en avant par le Parti communiste algérien après 1943. Elle fut à la tête pour le Constantinois de l’Union démocratique des Femmes d’Algérie dont elle était secrétaire générale du Comité départemental ; elle fit partie du comité central du PCA. Ayant suivi son mari à Alger, elle devint en 1945 dans la municipalité du maire Paul Tubert, conseillère municipale d’Alger. Elle mourut du typhus en janvier 1947, juste après avoir succédé à Alice Sportisse, élue député, à la direction de l’Union des femmes ; elle sera remplacée par Lucette Larribère. Son nom fut donné à des cellules communistes dans le Constantinois, dont une cellule de Philippeville (Skikda) (cf. Aline Jaffré).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136112, notice OCULI Lise par René Gallissot, version mise en ligne le 8 janvier 2011, dernière modification le 2 novembre 2022.

Par René Gallissot

SOURCES : Presse du Constantinois dépouillée par Louis-Pierre Montoy. — Témoignage de William Sportisse recueilli par A. Taleb Bendiab.
— Notes de P. Montoy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément