ROUCHARD Émile

Par Claude Pennetier

Né le 15 décembre 1910 à Ladignac-le-Long (Haute-Vienne), mort le 15 avril 2004 à Champcueil (Essonne) ; boucher restaurateur ; gérant d’une succursale de la Famille nouvelle ; militant communiste de Paris ; élève de l’ELI.

Fils d’un artisan tisserand (facteur intérimaire au moment de sa naissance) qui "avec le machinisme" dut renoncer et devenir cantonnier communal, mort en 1925, et d’une tenancière d’une petite épicerie buvette, Émile Rouchaud fut élevé par une famille sympathisant avec le socialisme unifié. Il était frère de deux gendarmes. Il fit ses études primaires à Ladignac pendant cinq ans et obtint le certificat d’études.

Il commença à travailler à treize an comme feuillardier, puis fut briquetier et enfin charcutier, boucher, restaurateur pour la coopérative « La Famille nouvelle » à Paris avec un salaire de 1000 F en 1933. Il s’était marié avec Marie, Théophane Morin, femme de ménage, au chômage en 1933.

Pendant la campagne électorale de 1928, marqué par les interventions de Marcel Cachin, il devint sympathisant du Parti communiste. Son entrée comme salarié à « La Famille nouvelle » (une coopérative dirigée par les communistes) l’incita à rejoindre la Jeunesse communiste et milita à la cellule de la rue de Nanterre (trésorier), rayon Ouest parisien (membre du comité). Devenu gérant d’une succursale de « La Famille nouvelle », il côtoya Hennanville, révoqué de la TCR, maire adjoint de Malakoff, qui eut une influence sur sa culture politique. Il reconnaissait en 1933, n’avoir rien lu de Marx, Engels et Lénine "sauf quelques petites brochures". Son autobiographie rédigée en mai 1933 fut classée A1 mais pourtant elle attira défavorablement l’attention de la commission des cadres (en particulier de Maurice Tréand) qui s’inquiéta de sa fratrie liée à la gendarmerie et demanda de « l’enlever de gérant » de La Famille nouvelle.

Dans son autobiographie du 2 mai 1933, il se dit "de retour" de Russie depuis octobre 1932. Il ne cite ni la participation à une délégation, ni une école de formation. On ignore donc les raison de sa présence en URSS. À son retour, il milita aux Amis de l’URSS.

Au cours d’une manifestation des bouchers, en janvier 1930, pour la fermeture du lundi, il fut arrêté pour bris de matériel, violation de domicile et entrave à la liberté du travail.Il n’y eut pas de procès.

Son autobiographie fut classée A1 mais avec "quelques renseignements à vérifier" : sur son frère sous-lieutenant de gendarmerie et sur son absence de condamnation après la grève des bouchers. Il était conseillé de n’a pas lui donner de responsabilité et de "l’enlever de gérant". Il fut seulement changé de succursale. Il habitait alors à Nanterre, 145 rue Ph. Triaire.

Il se maria en janvier 1932 avec Pauline Morin à Neuilly-sur-Seine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136116, notice ROUCHARD Émile par Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 janvier 2011, dernière modification le 17 juin 2020.

Par Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI, 495 270 934, autobiographie, Paris, 2 mai 1933, classée A1. - Etat civil.

Version imprimable Signaler un complément