KWASNIEWSKI Thérèse [épouse TÉTU Thérèse]

Par Éric Belouet

Née le 31 juillet 1936 à Valenciennes (Nord), morte le 11 juin 2011 ; employée de bureau ; militante jociste du Nord, permanente de la JOCF (1960-1964).

Les parents de Thérèse Kwasniewski, la deuxième de quatre enfants, étaient des Polonais ayant émigré dans le bassin minier du Pas-de-Calais au début du XXe siècle. Au moment de sa naissance, son père était monteur dans une entreprise de travaux publics et il fut ensuite embauché comme débardeur à Eternit (importante entreprise spécialisée dans les plaques ondulées, les ardoises et les revêtements de façade), à Prouvy (Nord), près de Valenciennes ; sa mère était cuisinière dans des maisons bourgeoises. Ses parents, domiciliés 50, route de Rouvignies, à Prouvy, n’eurent aucun engagement et sa mère, contrairement à son père, était catholique pratiquante.

Thérèse Kwasniewski fréquenta l’école primaire laïque de Prouvy, puis suivit pendant trois ans les cours de la section d’enseignement ménager du collège technique de Denain (Nord). Elle n’obtint aucun diplôme. En 1955, alors qu’elle travaillait déjà, elle apprit la dactylographie dans un cours privé de Valenciennes. De 1953, date de son entrée dans la vie professionnelle, jusqu’à 1960, elle travailla elle aussi chez Eternit, comme employée au classement des archives.

Peu de temps après son entrée au travail, Thérèse Kwasniewski rejoignit la JOCF sur la proposition du prêtre de sa paroisse, Jean Visse. Elle prit d’emblée la direction de la section, laquelle comptait cinq membres (trois travaillaient chez Eternit, une dans une fabrique de levure de boulanger, une autre dans une papeterie). Elle assuma ensuite des responsabilités au sein de la fédération de Denain, ville qui était alors un important centre industriel (sidérurgie et mines), et participa au rassemblement international Rome 57 (23 août-4 septembre 1957) auquel prirent part 32 000 jocistes venus de 86 pays.

Sollicitée pour devenir permanente de la JOCF, Thérèse Kwasniewski prit ses fonctions le 1er septembre 1960 et les conserva jusqu’au 31 juillet 1964. Sur le plan géographique, elle était chargée du secteur comprenant les fédérations de l’Oise, de l’Aisne et de la Somme ; au niveau national, elle était rattachée à la branche « Aînées », assumant successivement la responsabilité nationale de la commission « Foyers de jeunes travailleuses » (1960-1963) puis du service « Signalisation-Accueil », créé par la JOC-JOCF en 1963 pour mieux répondre au problème des « déplacés » (jeunes gens arrivant de province pour travailler en région parisienne) mis en évidence par une enquête réalisée par le mouvement. Au cours de cette période, elle écrivit également des articles dans Perspectives aînées, publication de la branche « Aînées », et En équipe pour l’action, bulletin destiné aux responsables.

Après avoir quitté la JOCF, Thérèse Kwasniewski occupa successivement, jusqu’en juillet 1966, trois emplois de quelques mois chacun : employée de bureau au secrétariat national du CCFD, employée de bureau au CNRS, puis dactylo au service exportation chez Poclain, au Plessis-Belleville (Oise).

Grâce à l’intervention de Madeleine Deltonne, elle-même ancienne permanente de la JOCF qui travaillait depuis 1965 comme secrétaire médicale au service de chirurgie cardiaque du CHU de Lille (Nord) et qui la présenta à la surveillante de son service, Thérèse Kwasniewski y fut embauchée le 1er août 1966 comme hôtesse d’accueil des consultants et des malades. Elle conserva cet emploi jusqu’au 3 septembre 1971, date à laquelle elle prit un congé sans solde.

Thérèse Kwasniewski s’était mariée le 15 septembre 1970 avec André Tétu qui était alors militaire de carrière, fonction qu’il n’exerça que cinq ans, et deux filles naquirent de cette union (août 1971 et septembre 1972). Après avoir quitté son emploi au CHU, elle se consacra à l’éducation de ses enfants et fut quelque temps catéchiste au sein de la paroisse de Prouvy. Elle n’eut plus aucun engagement militant.

En 2007, Thérèse Kwasniewski-Tétu vivait à Prouvy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136261, notice KWASNIEWSKI Thérèse [épouse TÉTU Thérèse] par Éric Belouet, version mise en ligne le 17 février 2011, dernière modification le 31 octobre 2012.

Par Éric Belouet

SOURCES : Témoignage de l’intéressée recueilli par Annie Philippe, 25 mars 2007. — Arch. JOCF (AD92) : 45J-4C1 (dossier de permanente ; certificat de travail). — Témoignage de Madeleine Deltonne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément