BOLLORÉ Joseph

Par René Lemarquis, François Prigent

Né le 12 avril 1905 à Lanveoc (Finistère), mort le 14 septembre 1939 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) ; petit fermier ; conseiller d’arrondissement PCF (1937-1939) de Concarneau (Finistère) ; conseiller municipal de Lanriec (1935-1939) ; militant CGPT et PCF.

Son père Jean Bolloré (1873-31 janvier 1914) était aide-cultivateur et journalier à Lanriec (Finistère). Sa mère Marie Salaün, née en 1837, était notée comme ménagère-cultivatrice sur les documents d’état-civil. Dans une famille de cinq enfants, Joseph Bolloré, passé par les écoles laïques de Lanriec, obtint le certificat d’études primaires et déclarait connaître « parfaitement » la langue bretonne. Il commença à travailler en 1919 comme cultivateur, dans la petite ferme de Kerviniou en Lanriec.
Il fit son service militaire dans l’artillerie comme 1ère classe. Joseph Bolloré se maria le 2 juin 1929 à Bannalec (Finistère) avec Marie Brigand (1905-1970), fille de petits paysans, avec qui il avait deux enfants en 1937.

Militant laïque et syndical (CGPT), il adhéra en 1934 au Parti communiste à la section de Concarneau dont il fut trésorier. En 1935, il fut élu conseiller municipal de Lanriec, commune dirigée par une liste de 20 élus radicaux.

Petit fermier, il se présenta sous l’étiquette PCF aux élections du conseil d’arrondissement de Concarneau, canton qui s’était doté d’un conseiller général communiste en 1934, Pierre Guéguin. Le canton était composé des communes de Concarneau, Beuzec-Conq, Lanriec et Trégunc. L’élu sortant, Yves Sellin, maire de Lanriec (1912-1943) et président de la société d’agriculture de Quimper, ne se représentait pas. Au premier tour, sur 3562 suffrages exprimés, il obtint 1082 voix, face aux candidats SFIO Yves Moulin (commerçant, 161 voix), au radical du rassemblement républicain Laurent Péru (988 voix) et au républicain indépendant ouvertement antimarxiste Yves Aubert (1321 voix). Au second tour, dans le cadre d’un retrait des candidats socialiste et radical en lien avec le contexte des cantonales d’octobre 1937, Joseph Bolloré l’emporta avec 2 000 voix sur le candidat conservateur, Aubert (1687 voix). À 32 ans, il devint le premier conseiller d’arrondissement communiste du Finistère (et le seul en Bretagne), la SFIO disposant quant à elle de quatre élus (Joseph Cévaër, 1931-1940, à Brest 3 ; Thomas Parc, 1934-1940, à Morlaix ; François Charles, 1937-1940, à Lanmeur ; Pierre Postollec, 1937-1940, à Carhaix).

Joseph Bolloré suivit une école section du parti et appartint au comité régional de la région bretonne du PC.
Mobilisé au 137e RI, il fut tué en septembre 1939 par l’explosion d’une mine lors d’une patrouille à la frontière avec l’Allemagne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136266, notice BOLLORÉ Joseph par René Lemarquis, François Prigent, version mise en ligne le 18 février 2011, dernière modification le 11 mars 2022.

Par René Lemarquis, François Prigent

SOURCES : Arch. Dép. du Finistère. — RGASPI, 495 270 3286 (autobiographie du 24 octobre 1937). — Presse locale (notamment La Dépêche de Brest, 11-18 octobre 1937). — Eugène Kerbaul, Dictionnaire biographique Finistère, op. cit. — François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse d’histoire, Université Rennes 2, 2011. — État civil, fiche Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément