LAROCHE Claude

Par Daniel Grason

Né le 14 juillet 1908 à Blacé arrondissement de Villefranche-sur-Saône (Rhône), mort le 19 janvier 1967 à Clichy-la-Garenne (Seine, Hauts-de-Seine) ; ouvrier spécialisé ; antifasciste ; volontaire en Espagne républicaine.

Fils de Victor Laroche et de Marie Renaud, cultivateurs, Claude Laroche effectua son service militaire comme soldat dans l’artillerie, fut réformé n° 2. Il était père de deux enfants d’Albertine Lyustens, il les reconnut, tous demeurèrent 1 Avenue Pierre-Marin à Bagneux (Seine, Hauts-de-Seine), puis chez la mère d’Albertine 30 Boulevard Rodin à Issy-les-Moulineaux. Par l’intermédiaire du maire communiste de Vigneux-sur-Seine, il s’engagea dans les Brigades internationales.

Il se présenta le 5 novembre 1936 au centre de recrutement de la rue Mathurin-Moreau, XIXe arr., où un départ de 750 volontaires était organisé. Tous partirent de la gare d’Orsay à destination de l’Espagne. Il combattit comme soldat, fut rapatrié le 28 juillet 1937 pour une maladie dont il souffrait depuis l’enfance. La commission des cadres du parti communiste espagnol estimait que de ce fait sa présence était « inutile pour les Brigades internationales ». Il était apprécié comme un élément « passable ».

Il arriva à Issy-les-Moulineaux le 2 août 1937, travailla comme manœuvre à la Société de traitements industriels des résidus urbains 167 Quai d’Issy-les-Moulineaux, habitait au 172. Lors de démarches auprès de l’autorité militaire il déclara qu’il avait perdu son livret militaire sur le champ de bataille de Madrid. Auditionné par la gendarmerie, il déclara qu’un des responsables du convoi vers l’Espagne assura « qu’ils ne devaient conserver sur eux aucune pièce militaire ». Claude Laroche avait remis son livret militaire, sa carte d’électeur et plusieurs certificats de travail, il remit à l’homme qui centralisait les pièces d’identité son adresse accompagné des frais postaux.

Les gendarmes vérifièrent auprès de sa famille qui confirma qu’aucun pli avec ses papiers d’identité n’était arrivé d’Espagne. Un capitaine de la gendarmerie rédigea le 10 septembre 1937 un rapport à l’intention du Commissaire de la surveillance du territoire, du préfet de police chef du secteur du contre-espionnage, du général commandant le 2e Bureau et de la sous-direction de la gendarmerie. Il alertait qu’il était « à craindre que les 750 combattants volontaires […] se soient ainsi, démunis de leurs livrets militaires et de leurs fascicules de mobilisation ». Les trois derniers mots en capitales étaient soulignés.

Il s’était marié le 20 décembre 1947 à Clichy-la-Garenne avec Maria Chabaud.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136295, notice LAROCHE Claude par Daniel Grason, version mise en ligne le 8 septembre 2014, dernière modification le 20 février 2017.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., 1W 0958 (transmis par Gilles Morin). – Arch. RGASPI 545.6.1039 liste des Brigadistes français en Espagne républicaine, fiches individuelles du 31 décembre 1937 ; RGASPI 545.2.112, BDIC Mfm 880/47. — État civil en ligne 4 E 12441.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément