KELLER Georges, Louis

Par Françoise Olivier-Utard

Né le 29 avril 1920 à Wissembourg (Bas-Rhin), mort le 2 octobre 1989 à La Rochelle (Charente) ; instituteur ; communiste ; membre du comité fédéral du Bas-Rhin (1948-1951).

Fils d’un cocher, Georges Keller, élevé dans une famille catholique du nord de l’Alsace, réussit le concours de l’École normale catholique d’instituteurs d’Obernai en 1938. Cette École fut évacuée à Solignac (Dordogne) en septembre 1939. Georges Keller, comme presque tous les normaliens alsaciens, ne rentra pas en Alsace annexée après la défaite de 1940. Il fit connaissance en Haute-Vienne de sa future épouse, Germaine Pibre, née le 25 octobre 1919 au Dorat (Haute-Vienne), couturière puis porteuse de journaux. Elle était fille de communistes et il est probable que son père eut une influence sur les convictions politiques de Georges Keller. Il avait sans doute déjà adhéré au parti communiste clandestin quand il se maria le 29 avril 1944 au Dorat. Le couple eut plus tard deux enfants.

Georges Keller rentra en Alsace à la Libération et obtint son premier poste à Wissembourg, à la rentrée de 1945. Les instituteurs communistes alsaciens étaient très peu nombreux dans le Bas-Rhin dans l’immédiat après-guerre. Son origine alsacienne et sa connaissance du dialecte facilitaient les contacts avec la population locale durement touchée par la guerre et souvent démunie devant les dossiers à remplir.

Le parti l’élut en 1948 au comité fédéral du Bas-Rhin. Il y milita jusqu’au moment de son divorce, en 1954. Il quitta alors l’Alsace et obtint un poste à Madagascar puis au Congo. Il devint ensuite professeur de mathématiques à Bogota (Bolivie), puis à Cologne (RFA). Quand il revint en France, il fut nommé au lycée d’Aix-en-Provence. Il se remaria le 17 juillet 1961 à Bangui (République centre africaine). Il se retira en Charente à sa retraite, avec son épouse.
Selon sa famille alsacienne, ses séjours dans les DOM-TOM et à l’étranger mirent fin à toute activité politique organisée mais n’entamèrent pas ses convictions.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136340, notice KELLER Georges, Louis par Françoise Olivier-Utard, version mise en ligne le 26 février 2011, dernière modification le 18 mars 2011.

Par Françoise Olivier-Utard

SOURCES : Entretien avec son fils Claude, 15 novembre 2004. — Archives du Comité national. — Comptes rendus des conférences fédérales du PCF du Bas-Rhin. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément