LACROIX Lucien, André

Par Jacques Girault

Né le 8 avril 1925 à Nîmes (Gard), mort le 21 juillet 2020 à Parignargues (Gard) ; professeur technique adjoint ; militant syndicaliste du SNET ; militant communiste dans le Tarn et dans le Gard.

Vente de {L’Avant-Garde} par les militants du cercle de l’UJRF en 1947-1948 (Lacroix, deuxième en partant de la gauche).
Vente de {L’Avant-Garde} par les militants du cercle de l’UJRF en 1947-1948 (Lacroix, deuxième en partant de la gauche).

Fils d’un artisan-droguiste, commerçant en fruits et légumes qui mourut en 1936, et d’une femme de ménage, Lucien Lacroix, élève d’une école pratique de commerce et d’industrie de 1938 à 1941, obtint un certificat d’aptitude professionnelle et un brevet d’enseignement industriel (ajusteur). En 1943 et 1944, il réussit aux CAP de tourneur et de fraiseur. Il travailla comme ouvrier fraiseur-outilleur-traceur dans des entreprises de Nîmes (mécanique de précision de 1941 à 1948, charpente métallique et pulvérisateurs de 1948 à 1950).

il se maria en novembre 1946 à Nîmes avec Marie-Rose Toureau, fille d’un manœuvre, sympathisante communiste, puis membre du Parti communiste français à partir de 1953. Le couple eut trois fils.

Lucien Lacroix adhéra en septembre 1944 à la CGT. Secrétaire du syndicat de son établissement, délégué du personnel et secrétaire du comité d’entreprise, il fit partie du bureau du syndicat CGT des métaux à Nîmes jusqu’en 1950. Il suivit les cours de l’école nationale de la fédération CGT des métaux en avril-mai 1947.

Après avoir effectué un stage à l’École normale nationale d’apprentissage de Lyon (1950-1951), il devint professeur technique adjoint au collège technique Jean Jaurès de Castres (Tarn) de 1951 à 1958. Adhérent au Syndicat national de l’enseignement technique professionnel CGT à partir de 1951, secrétaire de la section du collège, il devint secrétaire de l’union locale CGT en 1953 et fit partie du bureau de l’union départementale CGT du Tarn jusqu’en 1955. En effet, à partir de 1954, il n’adhéra plus qu’au SNET, syndicat de la Fédération de l’Éducation nationale.

Lucien Lacroix obtint sa mutation pour le collège technique d’Alès (Gard) en 1958, et fit partie du bureau du SNET. Après la fusion de 1966, il fut membre du Syndicat national des enseignements de second degré. Il prit sa retraite en 1985 et resta adhérent du SNES.

Lucien Lacroix adhéra aux Jeunesses communistes en septembre 1944 et fut membre de l’Union de la jeunesse républicaine de France de 1945 à 1950. Secrétaire de son cercle, il fut le secrétaire de la fédération du Gard, responsable de l’organisation et de la trésorerie de 1947 à 1950. Membre du PCF en avril 1945, il fut membre du bureau de la section communiste de Nîmes. Après sa mutation dans le Tarn, il participa au bureau et au secrétariat de la section communiste de Castres. Il fut intégré dans le comité (1955) et le bureau de la fédération communiste du Tarn de 1956 à 1958. En mai 1956, après s’être opposé au départ d’un train d’appelés pour l’Algérie, condamné pour « entrave à la liberté de circulation des trains », il fut détenu au fort de Ha à Bordeaux, du 2 juin au 13 juillet 1956.

Il fut candidat communiste aux élections du Conseil général dans les cantons de Montredon-Labessonnié, et à nouveau dans le canton de Castres en avril 1958 où arriva en troisième position avec 2 555 voix sur 21 078 inscrits.

Secrétaire de sa cellule, Lucien Lacroix entra au secrétariat de la section communiste d’Alès-Nord et fut chargé de la propagande. Il fut membre du secrétariat du comité de ville du PCF à partir de 1972. Il suivit les cours de l’école centrale du PCF en août 1959. Il entra au comité (1961) et au bureau de la fédération communiste du Gard (1962-1971), responsable de la littérature, puis de la jeunesse à partir de 1970. Redevenu en 1971, membre du seul comité fédéral, il devint le président de la commission fédérale de contrôle financier de 1972 à 1994. Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Lédignan en 1973. Il conduisait les listes communistes aux élections municipales de Saint-Hilaire-de-Brethmas en 1965 et en 1971.

A Alès, lucien Lacroix milita aussi au Secours populaire, dans l’association France-URSS et fut le secrétaire du comité du Mouvement de la Paix en 1961. Il fut aussi pendant deux ans le secrétaire départemental du comité de soutien pour la victoire du peuple vietnamien. Lors de la fête du comité nîmois de la fédération Provence-Camargue de l’Union générale des Vietnamiens en France, en juillet 1982, il fut présenté à l’ambassadeur du Vietnam en France et la presse publia la photo de la rencontre. Il militait dans le cercle du Prolétariat, dans l’association de parents d’élèves. Il fut le secrétaire général (1968-1973) et le président de l’Enfance ouvrière au grand air puis de l’Enfance alésienne au grand air (1973-2000) qui organisait notamment des classes de neige.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136433, notice LACROIX Lucien, André par Jacques Girault, version mise en ligne le 17 mars 2011, dernière modification le 1er juin 2021.

Par Jacques Girault

Vente de {L'Avant-Garde} par les militants du cercle de l'UJRF en 1947-1948 (Lacroix, deuxième en partant de la gauche).
Vente de {L’Avant-Garde} par les militants du cercle de l’UJRF en 1947-1948 (Lacroix, deuxième en partant de la gauche).
 Fête de l'Humanité en 1956, photo des premiers libérés, Lacroix, deuxième en partant de la droite en chemise blanche.
Fête de l’Humanité en 1956, photo des premiers libérés, Lacroix, deuxième en partant de la droite en chemise blanche.
Réunion à Castres avec l'abbé Boulier en 1955, Lacroix, quatrième en partant de la gauche, au fond.
Réunion à Castres avec l’abbé Boulier en 1955, Lacroix, quatrième en partant de la gauche, au fond.
Réunion à Castres pour la défense de prisonniers en 1956 à la Bourse du Travail
Réunion à Castres pour la défense de prisonniers en 1956 à la Bourse du Travail
Lacroix, troisième en partant de la droite. De gauche à droite, Pierre Maurel, Lucette Gimenez, Joseph Cabrol, Lucien Lacroix, Daniel Assalit.
Photo de Lacroix avec l'ambassadeur du Vietnam à Nîmes en 1982 parue dans la presse.
Photo de Lacroix avec l’ambassadeur du Vietnam à Nîmes en 1982 parue dans la presse.
Lacroix et son épouse, dirigeants de l'Enfance alésienne au grand air, lors de la remise de la médaille municipale, assis à sa droite André Fages.
Lacroix et son épouse, dirigeants de l’Enfance alésienne au grand air, lors de la remise de la médaille municipale, assis à sa droite André Fages.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément