LADERRIERE Ernest

Par René Crozet, Jacques Girault

Né le 4 septembre 1904 à Escaudain (Nord), mort le 20 septembre 1973 à Maisons-Laffitte (Yvelines) ; instituteur puis employé administratif ; militant syndicaliste et mutualiste ; militant socialiste dans le Nord.

Fils unique d’un ouvrier mineur devenu marchand de charbon qui mourut pendant les combats de la Première Guerre mondiale, Ernest Laderrière, pupille de la Nation en 1919, prépara avec succès le concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs de Douai. Il exerça dans divers postes d’instituteur dont un détachement au lycée français de Bruxelles.

Il se maria en octobre 1928 à Escaudain. Son épouse, sans profession, exerça par la suite la fonction d’employée à l’Inspection académique. Ils n’eurent pas d’enfant.

Au début de la Deuxième Guerre mondiale, Ernest Laderrière fut mobilisé comme officier d’artillerie. À Tarbes, lors de l’armistice de juin 1940, il fut affecté à l’inspection académique d’Auch (Gers). Un nouveau type de carrière commença alors pour lui qui le conduisit en Corse et le ramena à Lille comme secrétaire puis conseiller administratif des services universitaires à l’inspection académique de Lille jusqu’à sa retraite en 1965. Il fut membre, pendant cette période, du Conseil supérieur de l’Education nationale.

Adhérent dès le début de sa carrière au Syndicat national, militant socialiste, Ernest Laderrière était surtout un militant mutualiste. En fonction en Corse, au moment de la création de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale, il apporta à la section de Corse son concours, puis, revenu dans le Nord, il fut aussitôt membre de la commission administrative de la section départementale. Secrétaire puis vice-président en 1960, il en devint président, au départ d’Arthur Cornette, en 1966 et le resta jusqu’à son décès. Il était aussi vice-président des œuvres antituberculeuses du Nord. Élu administrateur national de la MGEN en juin 1955, il le resta jusqu’à son décès. Il entra au bureau national en 1959, trésorier-adjoint de 1959 à 1961, secrétaire de 1961 à 1965, secrétaire général-adjoint de 1966 à 1971, responsable de la presse et de la propagande.

Ernest Laderrière mourut dans la maison de santé de la MGEN à Maisons-Laffitte.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136445, notice LADERRIERE Ernest par René Crozet, Jacques Girault, version mise en ligne le 21 mars 2011, dernière modification le 31 mai 2021.

Par René Crozet, Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 28510. — Documentation MGEN et allocution de Denis Forestier lors de ses obsèques. — Note d’André Lainé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément