LAGADEC Yvonne

Par Alain Prigent

Née le 8 juillet 1934 à Nanterre (Seine) ; ouvrière ; membre du comité puis du bureau de la fédération du PCF du Finistère (1964-1971) ; membre du bureau (1971-1979) puis secrétaire de la fédération du Nord-Finistère (1979- 1985) ; adjointe au maire de Brest (1977-1983) puis conseillère municipale (1983-1995) ; quitte le PCF en 1986.

Son père d’origine algérienne avait épousé une marchande de quatre saisons originaire de Tours. Le couple s’installa à Puteaux. Yvonne Bounif s’engagea très tôt en politique, adhérant au PCF en 1950 à l’âge de 16 ans, par le biais de son père qui l’emmenait dans les réunions communistes. Elle travailla dans la région parisienne dans une usine spécialisée dans le câblage et le soudage. Après son mariage, elle s’installa à Brest en 1965 où elle s’investit syndicalement au sein de l’entreprise Ericsson après avoir été embauchée sur un poste d’OS en avril 1972.

Membre du secrétariat de la section du PCF de Brest (Centre), elle intégra très vite le comité de la fédération du PCF en mai 1964 dirigée alors par le concarnois Paul Le Gall*, membre du comité central. Après avoir participé à l’école centrale d’un mois du PCF, elle intégra le bureau de la fédération en 1966. Elle assuma alors la responsabilité du travail en direction des femmes et dans le même temps dirigea la section du PCF de Brest (Rive droite). Dans un contexte de désunion de la gauche, elle fut candidate sur la liste d’union conduite par Louis Le Roux, membre du comité central, par le PCF aux élections municipales à Brest en mars 1971 qui devança la liste socialiste. Le regroupement des forces de gauche n’empêcha pas la victoire du centriste Georges Lombard.

En 1971, Yvonne Lagadec accéda au bureau de la nouvelle structure mise en place dans le département après la division de la fédération communiste en deux entités géographiques (Nord et Sud). Membre de la fédération du Finistère Nord dirigée par Louis Le Roux, elle fut réélue par la conférence fédérale à Brignogan, les 2 et 3 décembre 1972. Elle accéda au secrétariat de la fédération à l’issue de la conférence fédérale des 28 et 29 avril 1979 à Brest, toujours en charge de la commission féminine.

Au milieu des années 70 Yvonne Lagadec devint une des figures marquantes du communisme brestois. Elle fut candidate du PCF à deux reprises aux élections cantonales : en mars 1976 dans le canton de Brest 3 (centre) et en mars 1979 dans le canton de Brest 6 (Lambézellec), nouveau canton cré en 1973 où la socialiste Marie-Jacqueline Desouches* s’imposa en 1973 et en 1979.

Après la victoire de la liste d’union de la gauche conduite par Francis Le Blé, elle fut élue adjoint au maire de Brest chargée de l’enfance et les activités post et périscolaires (1977-1983). Militante syndicale à la CGT, elle continua à travailler pendant un an tout en assurant les permanences, les réunions du bureau municipal et les commissions qui se tenaient dans la journée. En 1978, la direction d’Ericsson lui envoya un recommandé lui demandant de choisir entre son mandat d’élu et son emploi. Après un mois de lutte au sein de l’usine et une campagne d’opinion dans la population brestoise, la direction fut contrainte de formaliser un contrat à mi-temps lui permettant de remplir ses responsabilités d’élue et un engagement de reprise à temps complet à la fin de son mandat électif.

Au printemps 1980, les élus communistes contestèrent l’augmentation des impôts locaux envisagée par la majorité socialiste. La municipalité brestoise connut alors une grave crise. Le 4 mars, Francis Le Blé, maire PS de la ville, suspendait de leurs fonctions les 6 adjoints communistes (Louis Le Roux, Sylvie Le Roux*, Louis Aminot*, Yvon Pichavant, Jean Perrot* et Yvonne Lagadec). Quelques jours plus tard, il décidait de rompre le pacte d’union avec le PCF. Le renversement des rapports de forces après la victoire de F. Mitterrand et de l’élection de nombreux députés PS accentua les désaccords déjà sensibles au sein de la fédération du Finistère Nord. Yvonne Lagadec (1982-1983), redevenue adjointe, en fin de mandat à la mort de Francis Le Blé, siégea dans la minorité après la défaite aux municipales de 1983.

Après avoir rejoint le courant des rénovateurs en 1985, elle quitta la PCF ainsi que Louis Aminot et Yvon Pichavant, au lendemain de la conférence fédérale de réunification des deux fédérations communistes du Sud et du Nord-Finistère tenue le dimanche 25 mai 1986 à Quimper, sous la présidence de Francette Lazard et de Julien Lauprêtre. Dans cette réunion au cours de laquelle Louis Aminot n’avait obtenu que 84 voix, contre les 85 voix nécessaires pour être élu au comité fédéral, et bien qu’elle ait été élue, Yvonne Lagadec refusa son élection ainsi que Yvon Pichavant, et Paul le Gall. Georges Marchais refusa de la recevoir alors qu’elle avait fait le déplacement au siège, place du Colonel Fabien. Elle quitta alors le PCF, avec Louis Aminot, Yvon Pichavant et Paul Le Gall. En 1989, militante du groupe « Brest, nouvelle citoyenneté », elle fut élue sur la liste de gauche conduite par Pierre Maille* qui l’emporta.

Déléguée du personnel CGT au sein de l’usine Ericsson devenue Jabil, elle partit en pré-retraite en 1992. Elle animait en 2006 une troupe théâtrale qui mit en scène le travail dans l’usine Ericsson de Brest. Avec « Politique Qualité », une pièce de théâtre co-écrite par Lionel Jaffrès et Alain Maillard en 2007, directement inspirée de la vie d’ouvrière qu’elle a menée au sein de l’entreprise Jabil (ex-Ericsson) pendant près de trente ans. Elle y campait son propre rôle, à l’instar de quatre autres anciennes salariées de la compagnie, dont Jeannine Jourden et Chantal Jacq, elles aussi à l’origine du projet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136569, notice LAGADEC Yvonne par Alain Prigent, version mise en ligne le 28 juillet 2011, dernière modification le 8 février 2021.

Par Alain Prigent

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Bretagne Nouvelle, hebdomadaire des fédérations du PCF de Bretagne (1968-1981). Interview de Louis Aminot, « Après le coup de Pâques à Brest, N°3, mai 1980. — Notes de François Prigent. — Entretien réalisé le 28 juillet 2011. — Liaison, bulletin d’information des communistes du Sud-Finistère, puis du Finistère (ISSN 076-9524), N°25 (Juillet 1986), N°26 (août 1986). — Témoignage de Pierre Rainero.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément