LABROUQUÈRE André, Pierre, Robert

Par Gilles Morin

Né le 17 septembre 1903 à Dax (Landes), mort le 2 octobre 1950 à Fort-Lamy (A.E.F.) ; avocat et professeur de l’enseignement supérieur ; fondateur de la fédération socialiste d’Indochine ; membre de cabinets ministériels (1946-1947).

André Labrouquère était le fils d’un couple d’instituteurs. Avocat à la cour d’appel de Paris, il avait été chargé de cours à la faculté de droit de Paris et de Lyon, puis il enseigna dans les Universités d’Amérique du Sud et fut nommé Professeur titulaire de l’Enseignement supérieur en Indochine à partir de 1933 (Faculté de Droit d’Hanoï). Adhérent de la SFIO en 1933, il appartint à la fédération d’Indochine du Nord (Tonkin) qu’il contribua à fonder officiellement en 1936, avec Louis Caput*, puis de la fédération du Annam à la veille de la guerre. Il fut chargé de diverses missions en Amérique et en Extrême-Orient.

Labrouquère fit la campagne 1940-1941 au 9e régiment d’infanterie coloniale au Tonkin. Révoqué de ses fonctions par Vichy, il fut organisateur du Parti socialiste clandestin en Cochinchine sous l’Occupation japonaise. Emprisonné en Indochine, arrêté le 27 juillet 1942, il fut déporté (politique) au centre de Travinh puis à Vinh-Long jusqu’à la rédition japonaise le 9 mars 1945.

Revenu en métropole, André Labrouquère fut candidat aux élections législatives à la deuxième Assemblée constituante en octobre 1945, puis à la première assemblée législative en novembre 1946 dans le 2e secteur de Paris. Il fut secrétaire général pour l’Indochine à la présidence du gouvernement provisoire dans le cabinet Félix Gouin* en 1946, puis directeur des affaires politiques adjoint du cabinet de Marius Moutet* en 1946-1947. Il fut délégué à la conférence franco-vietnamienne de Fontainebleau.

Candidat non élu au comité directeur au congrès de 1947, il fut nommé trésorier-payeur général à Djibouti au printemps 1948, où il s’efforça de mettre sur pieds une section.
Il posa sa candidature auprès des instances de la SFIO pour être parlementaire désigné de l’Union française pour l’Indochine à deux reprises au moins.

Il était chevalier de la Légion d’honneur et médaillé de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136580, notice LABROUQUÈRE André, Pierre, Robert par Gilles Morin, version mise en ligne le 6 avril 2011, dernière modification le 28 novembre 2021.

Par Gilles Morin

ŒUVRE : Les idées coloniales des physiocrates ; La Justice en Indochine (1938) ; problèmes monétaires indochinois (1938) ; Capitalisme japonais ; L’indépendance des philippines ; Méthodes coloniales hollandaises. Il était par ailleurs chargé de la chronique coloniale de La Revue socialiste.

SOURCES : Arch. de l’OURS, fonds Lucien Coll et correspondances Eure, Haute-Garonne. — Bulletin Intérieur de la SFIO, n° 27 et n° 29, janvier 1948. — Profession de foi aux législatives de juin 1946. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément