LE LOUET Jacqueline

Par Alain Prigent

Née en 1921 ou 1922, à Strasbourg (Bas-Rhin ), morte le 20 mars 2007 à Brest (Finistère) ; employée des PTT ; membre du bureau de l’union départementale CGT du Finistère (1949) ; secrétaire de la fédération du PCF du Finistère (1952-1954).

Née à Strasbourg, d’un père breton et d’une mère alsacienne, elle grandit dans les Vosges, avant de fuir la région en 1940, pour éviter l’occupation allemande, parce que son père avait des liens avec les communistes. La famille se réfugia à Agen, où elle entra aux PTT comme auxiliaire. Après Nérac, et Toulouse, toujours durant la guerre, elle arriva à Quimper où elle travailla au central téléphonique manuel. Elle y écouta et filtra les communications destinée aux occupants.

En 1944, elle rencontra Mathias Le Louet qui devint son époux. Et adhéra à la CGT à la Libération. Au début des années soixante, elle devint secrétaire départementale du syndicat CGT des PTT du Finistère-Sud, puis secrétaire générale. C’était une première pour une femme au sein de la Fédération CGT des PTT, dont elle devint membre de la Commission exécutive. Elle dirigea ensuite l’Union locale de Quimper.

Jacqueline Le Louet fut élue au bureau de l’union départementale CGT à l’issue des travaux du congrès de Quimper le 6 juin 1949. Elle intervint au nom de l’union locale CGT de Quimper lors de la manifestation du 8 mai 1968 à Quimper.

En 1981, devenue retraitée, elle créa l’Union syndicale CGT des retraités du Finistère sud, et anima parallèlement la section syndicale des retraités de son syndicat.

Adhérente du PCF depuis 1945, elle siégeait au secrétariat de la fédération du PCF du Finistère en février 1952. Elle ne fut pas réélue en juillet 1954 à la direction fédérale, intégrant alors le comité fédéral.

En 1987, la disparition prématurée de Mathias l’affecta beaucoup, et, en 1994, la maladie la frappa durement. Dans ses dernières années, elle trouva la force pour rassembler les écrits de son mari sur la Résistance pour éditer le livre "Je viens de la part de Fernand".

En 1993 elle fut décorée de l’Ordre national du mérite, pour son activité syndicale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136614, notice LE LOUET Jacqueline par Alain Prigent, version mise en ligne le 6 avril 2011, dernière modification le 17 janvier 2015.

Par Alain Prigent

Je viens de la part de Fernand, ouvrage édité par Jacqueline Le Louet, regroupant les souvenirs et les écrits de Mathias Le Louet sur la Résistance, mis en forme par elle.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — François Tanguy, La CGT dans le Finistère (1944-1968), Editions UD CGT Finistère, 1992. — Ouest-France, n° 22 mars 2007, nécrologie. — Le Télégramme, n° du 27 mars 2007, nécrologie — An disonj ne ket bezo ho eil sebeil , L’oubli ne sera pas leur second linceul de Mme Yvonne Bouer-Trividic.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément