LEDUC André, Augustin, Henri

Par Julien Cahon

Né le 22 juillet 1920 à Monthey (Suisse), mort le 11 octobre 2010 à Abbeville (Somme) ; instituteur ; militant socialiste SFIO dans la Somme, exclu en 1976 ; secrétaire de la section d’Abbeville, secrétaire fédéral adjoint (1970-1971) ; président départemental des œuvres laïques ; conseiller municipal d’Abbeville (1965-1989), conseiller général (1970-1998), conseiller régional (1986-1992).

Fils de Robert Leduc, artisan peintre, et de Berthe Fournier, André Leduc fit ses études à l’école primaire de Moislains, puis à l’école primaire supérieure de Corbie, et à l’Ecole normale d’Amiens, de 1938 à 1941. Nommé instituteur à Arrest, puis Friville-Escarbotin et Abbeville, il fut détaché aux œuvres péri et postscolaires, notamment à la Fédération des œuvres laïques dont il fut président jusqu’à sa retraite, en 1978.

Militant socialiste SFIO, fidèle de Max Lejeune, il devint secrétaire de la section d’Abbeville en janvier 1951, responsabilité qu’il occupa jusqu’à la fin des années 1960, et fut membre de la commission exécutive fédérale et de la commission fédérale adulte auprès des Jeunesses socialistes en 1954, année où il fut également délégué au congrès national de la SFIO. En 1967, il était à nouveau membre de la commission exécutive fédérale de la SFIO. En septembre 1968, il fut délégué cantonal et responsable « jeunes », dans la circonscription d’Abbeville, du Mouvement démocrate et socialiste de la Somme, qui devait assurer la transition vers un nouveau Parti socialiste. Le 14 décembre 1969, à l’issue du premier congrès départemental du nouveau parti socialiste, la fédération de la Somme passait sous le contrôle des partisans d’Alain Savary, et Max Lejeune était évincé du secrétariat fédéral par Dominique Taddei. Élu membre de la commission administrative fédérale, il fut sollicité par les lejeunistes pour se présenter au poste de premier secrétaire fédéral face à Dominique Taddei, mais refusa « pour raisons familiales ». Max Lejeune, également réélu à la CAF, suivi par son bras droit Roger Fouquet, avait en effet décidé de ne solliciter aucune responsabilité.

Élu conseiller municipal d’Abbeville en 1965, André Leduc succéda à [Robert Viarre>172720] comme conseiller général du canton d’Abbeville-nord en 1970, et fut réélu aux élections municipales de 1971, dès le premier tour, avec toute la liste conduite par Max Lejeune, devenant même l’adjoint de ce dernier.

Après le congrès d’Épinay, André Leduc n’appartenait plus à la direction fédérale du Parti socialiste (PS). En 1972, il ne suivit pas Max Lejeune, en rupture avec le PS, au sein de sa formation, le Mouvement démocrate-socialiste (MDS), mais n’hésita pas à lui apporter son soutien au conseil général et voter de concert avec la majorité centriste. En 1976, il fut finalement exclu du PS « en raison d’indiscipline de vote au conseil général ». Il se voyait aussi reprocher de ne pas avoir appliqué les directives du congrès de Pau (1975) demandant aux élus socialistes de ne plus garder de responsabilités dans les municipalités contrôlées par des éléments centristes. André Leduc rejoignit ensuite le Mouvement démocrate socialiste français (MDSF), puis le PSD et intégra plus tard l’UDF.

Adjoint au maire d’Abbeville jusqu’en 1989, il appartenait à ce titre aux conseils d’administration du centre hospitalier d’Abbeville, du comité local d’insertion et de l’aménagement de la côte picarde. Réélu conseiller général en 1976, 1982, 1988 et 1995, il présida notamment la commission de l’enseignement, du sport et de la culture, et fut élu vice-président de l’assemblée départementale en 1982, fonction qu’il conserva jusqu’en 1998. Il décidait alors d’abandonner la vie politique. André Leduc avait aussi siégé au conseil régional de 1986 à 1992, et fut d’autre part le président du SCA, le club de football abbevillois, qui évolua en deuxième division (actuelle ligue 2).

Dans la mémoire collective des Abbevillois, il était resté comme le bras droit de Max Lejeune.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136745, notice LEDUC André, Augustin, Henri par Julien Cahon, version mise en ligne le 25 avril 2011, dernière modification le 1er novembre 2021.

Par Julien Cahon

SOURCES : Arch. OURS, dossier Somme. — Arch. FJJ, dossier Somme et fonds Françoise Carle. — Arch. Dép. Somme, fonds Max Lejeune (37J) — Le cri du peuple, 1945-1982 — Le courrier picard, 1980-1998.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément