LE COCQ Raymond

Par Alain Prigent, François Prigent

Né le 12 mars 1933 à Tréglamus (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), mort le 15 septembre à 2007 à Bégard (Côtes d’Armor) ; instituteur ; militant socialiste ; membre du bureau de la section des Côtes-du-Nord du SNI (1960-1968) ; adjoint au maire de Bégard (1989-2001).

Après avoir passé avec succès le concours d’entrée à l’École normale de Saint-Brieuc, Raymond Le Coq devint instituteur à Coadout (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) puis à Bégard (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) où il enseigna à partir de 1957 jusqu’à sa retraite. Il fut le directeur de 1976 à 1987.

Après sa sortie de l’école normale, il fut candidat sur la liste FO au conseil syndical du SNI de la section des Côtes-du-Nord en 1954. Très marqué par son service militaire en Algérie, il se détacha du courant FO. Candidat sur la liste « Majorité nationale » au conseil syndical du SNI en 1959, il fut élu sur la liste d’union au conseil syndical du SNI en 1960 dirigée par Maurice Renault et Sylvain Loguillard. Cette liste rassemblait les militants venus d’horizons politiques différents (communistes, militants de la SFIO en rupture, laïques convaincus). Il fut réélu en 1962, 1964 et 1966. Il devint membre du bureau de la section départementale du SNI en 1960, chargé des relations avec SUDEL, puis du fichier et de la publicité. Délégué du SNI et de la FEN, il intervint au meeting intersyndical du 29 mai 1968 à Bégard aux côtés de [Jean Le Meur->, son collègue communiste de Pédernec, élu comme lui au conseil syndical.

De sensibilité socialiste, il fut très attaché à l’union de la gauche. Il soutint la nouvelle municipalité à Bégard en 1983 puis devint adjoint au maire de Bégard aux affaires scolaires de 1989 à 2001 sur la liste de Noël Bernard (PCF). À ce poste, où il fit preuve de beaucoup de disponibilité, il se consacra plus particulièrement aux études et aux travaux lors de la construction de l’école primaire de Baloré et du restaurant scolaire. Homme de culture et de dialogue, très attaché aux valeurs républicaines, il fut durant toute sa carrière de tous les combats pour la défense de la laïcité et la promotion de l’école publique. Son engagement se concrétisa également au sein de nombreuses associations culturelles et sportives ou patriotiques de la commune. Un hommage civil lui fut rendu devant une foule nombreuse par Noël Bernard, maire et ancien conseiller général, le 18 septembre 2007.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136770, notice LE COCQ Raymond par Alain Prigent, François Prigent, version mise en ligne le 25 avril 2011, dernière modification le 21 mai 2021.

Par Alain Prigent, François Prigent

SOURCES : Arch. dép. Côtes d’Armor 47W6, rapport des renseignements généraux, juin 1968. — Presse départementale mai, juin 1968. — Archives de la FSU 22 (bulletins des sections départementales du SNI et de la FEN).— Alain Prigent (dir.), Des salles de classe aux luttes sociales : Mai-juin 1968 dans les Côtes-du-Nord, Publication FSU-22, 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément