LEJEUNE Jean (professeur)

Par Alain Prigent

Né le 2 février 1911 à Plouec-du-Trieux (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), mort le 26 février 1994 à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) ; professeur ; secrétaire de la section départementale FEN des Côtes-du-Nord (1951-1954) ; secrétaire du S2 du SNES des Côtes-du-Nord (1957-1959) ; militant du PCF.

Son père Joseph Lejeune, directeur d’école, épousa Marie Louise Illien, institutrice. Jean Lejeune se maria à Paris (Ve) avec Jacqueline Martin, le 3 septembre 1935.

Jean Lejeune obtint son baccalauréat en 1928. Étudiant à la faculté des lettres de Rennes, après avoir passé avec succès sa licence d’histoire géographie en 1931, il obtint un diplôme d’études supérieures en histoire (1932) et fut admissible à l’agrégation en 1935. Il fit son service militaire de 1935 à 1936. Après avoir enseigné au lycée de Nantes, il fut mobilisé de septembre 1939 à août 1940.

Replié à Saint-Brieuc en novembre 1943, il enseigna au lycée de jeunes filles puis au lycée de garçons où il fut nommé à titre définitif en octobre 1945. Il termina sa carrière au lycée Rabelais de Saint-Brieuc en septembre 1972.

Après la scission de la CGT, il devint en 1949-1950, membre de la CA nationale de la FEN-CGT et secrétaire de sa section départementale. L’année suivante, en octobre 1951, il fut élu par la majorité cégétiste secrétaire de la section départementale de la FEN succédant à André Laithier qui venait d’accéder au secrétariat général le l’UD FO des Côtes-du-Nord après la scission. Il dirigea la section jusqu’en 1954 puis fut remplacé par Yves Le Foll, leader du courant autonome, majoritaire en mandats. Lejeune représenta les Côtes-du-Nord aux congrès nationaux de la FEN en novembre 1951 et 1954.
Il continua de siéger à la commission administrative de la FEN-22, et à son bureau de 1957 à 1961, étant secrétaire du S2 du SNES de 1957 à 1959, se reconnaissant dans le courant de la liste "B" dont il fut un candidat régulier à la CA nationale de 1953 à 1958.

Il fut à deux reprises candidat sur la liste CGT à l’élection du conseil d’administration de la caisse primaire de sécurité sociale des Côtes-du-Nord, le 8 juin 1950 et le 17 novembre 1955. En décembre 1962, administrateur sortant, il conduisit la liste indépendante d’union des employeurs, présentée par la CGUA, proche de la CGT, à l’élection de la caisse de sécurité sociale, dans le collège des employeurs.

Jean Lejeune et sont épouse Jacqueline furent des militants actifs du PCF.

Selon Hervé Hamon, ils sympathisèrent avec son père, Maurice Rousseau*, futur militant du PSU, à la faculté de Rennes. Ils retrouvèrent le couple Rousseau qu’ils eurent comme voisins à Saint-Brieuc à la fin des années 40. Les Lejeune et Rousseau eurent alors de longues et passionnées discussions politiques, en particulier lorsque Mendès-France fut Président du Conseil. Mme Rousseau fut une collègue de Jacqueline Lejeune au lycée Renan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136792, notice LEJEUNE Jean (professeur) par Alain Prigent, version mise en ligne le 25 avril 2011, dernière modification le 9 décembre 2021.

Par Alain Prigent

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 1472W59 (dossiers individuels des membres de l’enseignement secondaire public). — Arch. de la FSU 22 (bulletins des sections départementales du SNI et de la FEN). — Arch. IRHSES, Ca nationale, Action syndicaliste universitaire. — Hervé Hamon, Toute la mer va à la ville, Éditions Stock, 2009.— Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément