LAMBERT Julie née FERRUCCI.

Par Jacques Girault

Née le 6 mars 1901 à Ajaccio (Corse), morte le 7 juin 1973 à Paris (XIVe arr.) ; institutrice puis professeure ; militante du Syndicat national de l’enseignement secondaire.

Fille d’un professeur au collège Fesch d’Ajaccio, Julie Ferrucci obtint le brevet supérieur à Alger en 1919 puis devint institutrice dans divers postes en métropole (Dunkerque dans le Nord en 1920, Menton dans les Alpes-Maritimes en 1922, Vitré en Ille-et-Vilaine en 1924, Fresneaux-Montchevreuil dans l’Oise en 1925). Elle fut détachée comme surveillante à l’Ecole normale d’institutrices de Beauvais (Oise) de 1925 à 1927 où elle obtint le certificat d’aptitude professionnelle en 1926. L’année suivante, elle réussit au certificat d’aptitude à l’enseignement dans les classes élémentaires des lycées de jeunes filles. Nommée institutrice au lycée de jeunes filles d’Aix-en-Provence (1927-1930), elle obtint un poste analogue au lycée Montgrand à Marseille (1930-1932).

En 1930, Julie Ferrucci obtint le certificat d’aptitude à l’inspection primaire. Nommée directrice de l’école maternelle annexe de l’Ecole normale d’institutrices d’Orléans en 1932, elle demanda à réintégrer les classes Fille d’un professeur au collège Fesch d’Ajaccio, Julie Ferrucci obtint le brevet supérieur à Alger en 1919 puis devint institutrice dans divers postes en métropole (Dunkerque dans le Nord en 1920, Menton dans les Alpes-Maritimes en 1922, Vitré en Ille-et-Vilaine en 1924, Fresneaux-Montchevreuil dans l’Oise en 1925). Elle fut détachée comme surveillante à l’École normale d’institutrices de Beauvais (Oise) de 1925 à 1927 où elle obtint le certificat d’aptitude professionnelle en 1926. L’année suivante, elle réussit au certificat d’aptitude à l’enseignement dans les classes élémentaires des lycées de jeunes filles. Nommée institutrice au lycée de jeunes filles d’Aix-en-Provence (1927-1930), elle obtint un poste analogue au lycée Montgrand à Marseille (1930-1932).

En 1930, Julie Ferrucci obtint le certificat d’aptitude à l’inspection primaire. Nommée directrice de l’école maternelle annexe de l’École normale d’institutrices d’Orléans en 1932, elle demanda à réintégrer les classes élémentaires d’un lycée pour des raisons de famille et fut nommée au lycée d’Orléans en 1933.

Militante des méthodes pédagogiques modernes, active dans divers mouvements, elle se maria avec Henri Lambert en juillet 1937 à Paris (XIVe arr.), ancien instituteur en Algérie, devenu directeur d’école dans l’Oise puis à Vanves (Seine). A sa demande, elle fut nommée au lycée de jeunes filles Delacroix à Alger en 1937. En 1940, nommée inspectrice primaire en Ardèche, elle ne put regagner son affectation. Restée en Algérie, elle suppléa des professeurs mobilisés dans des classes du second cycle.

Après le débarquement allié, Julie Lambert devint la secrétaire de la direction de l’enseignement par correspondance à Alger et la secrétaire du professeur d’anglais à la faculté chargé de remettre en service la correspondance scolaire internationale. Ralliée à la France libre, dans le Commissariat de la France libre du 16 août 1944 au 30 septembre 1944, elle fut mise « à la disposition du commissaire d’état aux relations avec l’assemblée et aux études » (André Philip*).

Son mari, engagé volontaire dans une unité de parachutistes, combattant sur le territoire métropolitain, Julie Lambert, inscrite sur la liste d’aptitude des enseignants pour la Seine, fut nommée successivement aux lycées de Paris (Carnot en 1944, Montaigne en 1945). Intégrée dans le corps des certifiées en 1952 comme tous les professeurs des classes élémentaires, elle enseigna les mathématiques en classe de sixième à l’annexe des Cordelières du lycée Montaigne, puis du lycée Rodin de 1957 à 1962, année de sa retraite.

Considérée par l’administration comme un « maître modèle », proche de Georges Besse, dirigeant du Syndicat national de l’enseignement secondaire, Julie Lambert fut élue commissaire paritaire nationale des chargés d’enseignement scientifique en 1948 sur la liste du SNES et réélue en mars 1952.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136819, notice LAMBERT Julie née FERRUCCI. par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 mai 2011, dernière modification le 2 mai 2011.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 17795, 28001. — Presse syndicale. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément