JOCHEM Louis

Par Michel Pigenet

Voilier au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), syndicaliste, membre de la commission administrative et du secrétariat de l’Union départementale CGT de Seine-Inférieure en 1950-1951.

Louis Jochem commença à militer, durant l’entre-deux-guerres dans la mouvance autonome havraise de tendance syndicaliste-révolutionnaire. Il travailla sur le port comme « voilier », profession qui, sous l’effet de l’évolution des techniques de navigation, s’était reconvertie dans la réception et l’échantillonnage des marchandises.

Au début des années 1950, il était secrétaire du syndicat des voiliers qui, fort de quelque 400 adhérents, était le plus ancien parmi les travailleurs portuaires. Demeuré fidèle à l’antimilitarisme de sa jeunesse, il surmonta sa méfiance à l’égard des communistes et siégea, en 1950, au conseil national des Assises de la paix et de la liberté. Il choisit encore, à l’instar de la plupart des anciens autonomes havrais, de rester à la CGT. Soupçonné, en mai 1949, d’entretenir des relations avec le noyau des militants locaux opposés à l’orientation de la Confédération et susceptibles de rallier FO, il n’en fit rien. Aussi bien, membre de la commission administrative et du secrétariat de l’Union départementale, il fut également secrétaire de l’Union locale du Havre. À ce titre, il réclama et obtint de la municipalité l’interdiction, en 1950, de la projection du film de Marcello Pagliero, Un homme marche dans la ville, qui, d’abord bien accueilli par les dockers havrais, subissait les plus vives attaques de la part des communistes mobilisés contre une œuvre « infecte », « abjecte » et « insultante ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136835, notice JOCHEM Louis par Michel Pigenet, version mise en ligne le 3 mai 2011, dernière modification le 3 septembre 2011.

Par Michel Pigenet

SOURCES : Centre des archives contemporaines : 920 251, art. 15. — Arch. Institut CGT Histoire sociale, fonds du secrétaire général, dossier UD de Seine-Maritime. Congrès de la Fédération nationale des Ports et Docks, les 19-22 mars 1946 (Paris). — L’Avenir normand du 17 mars 1950, L’Avenir du Havre des 14 octobre 1949 et 14 avril 1950. — M.-P. Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre, communistes du Havre. Société, culture et politique, 1930-1983, thèse IEP-Paris, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément