LAMBOTIN Jean, Louis

Par Guy Putfin

Né le 30 décembre 1938 à Stenay (Meuse), mort le 21 décembre 1991 à Paris (XIVe arr.) ; professeur de lycée professionnel ; militant syndicaliste du SNETAA, secrétaire national de la FEN de 1977 à 1991.

Son père, Paul, Émile, Jean-Baptiste, né à Louppy-sur-Loison (Meuse), le 14 juillet 1904, était artisan bourrelier, et sa mère, Marthe, Denise Pierrard, née à Landzécourt (Meuse), le 9 septembre 1910, devint femme de service en école maternelle. Son père mourut le 19 mai 1940 sur la ligne Maginot. Jean devint pupille de la nation (jugement du tribunal civil de Verdun du 30 décembre 1942). Après des études au cours complémentaire de Stenay, Jean Lambotin fréquenta le lycée Poincaré à Nancy (Meurthe-et-Moselle), puis, après son baccalauréat, obtint une licence de sciences physiques à la faculté de Nancy.

Après son service militaire, officier de réserve, il fut rappelé en Algérie fin 1961. À son retour en 1963, il enseigna au collège d’enseignement technique (CET) de Cachan, puis au lycée d’enseignement professionnel de Bagneux. En 1966, il obtint un poste à l’Institut pédagogique national où il s’occupa d’émissions audiovisuelles à destination des CET (Math pour tous).

Il se maria le 13 juillet 1967, à Paris, avec Marie, Henriette, Yvonne, Thérèse Templé. Il se remaria le 12 juin 1976 à Paris, avec Annette, Denise, Marie-Louise Chambeiron, ingénieure au CNRS. Il eut une fille.

Après avoir été syndiqué à la CGT, il adhéra au SNETAA (FEN) en 1969. En septembre 1977, il entra au secrétariat national de la FEN, où il fut chargé de la formation continue et de la formation professionnelle. Au congrès d’Avignon, en février 1982, il fut élu à l’exécutif fédéral. En 1987, chargé des publications fédérales, il fut secrétaire de rédaction de la revue L’Enseignement Public. Il siégea comme représentant de la FEN au conseil d’administration du Centre Inffo (Centre pour le développement de l’information sur la formation permanente), et en devint trésorier en 1989. Á titre associatif, il s’occupait de télévision éducative.

Après son décès à l’hôpital Cochin, Jean Lambotin fut incinéré, selon son souhait, et un hommage lui fut rendu le 30 décembre au crématorium du cimetière du Père Lachaise.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136836, notice LAMBOTIN Jean, Louis par Guy Putfin, version mise en ligne le 3 mai 2011, dernière modification le 23 octobre 2018.

Par Guy Putfin

SOURCES : Questionnaire du Centre fédéral. — Articles de FEN Hebdo, FEN Actualités (L’Enseignement Public), L’École Libératrice. — Mairie de Stenay.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément