LANDREAU Gaston, Gérard

Par Jacques Girault

Né le 20 mai 1913 à Vitré (Ille-et-Vilaine), mort le 13 septembre 1982 à Lorient (Morbihan) ; instituteur dans le Morbihan ; résistant ; militant socialiste SFIO, adjoint au maire de Lochrist-Inzinzac.

Landreau, matelot au milieu des années 1930
Landreau, matelot au milieu des années 1930

Gaston Landreau était le fils d’un palefrenier dans un haras d’État, d’origine charentaise, sympathisant des idées de gauche, marié à une bretonne qui avait été domestique à Paris, qui lui fit donner une instruction religieuse catholique, « plus pour une question de bienséance que par conviction religieuse ». Après avoir obtenu le certificat d’études primaires à Muzillac (Morbihan), il fut élève de l’école primaire supérieure de Quimperlé (Finistère), et entra à l’École normale d’instituteurs de Vannes (Morbihan) en 1930 dans la promotion « La flèche d’or », référence indirecte aux trois flèches du Parti socialiste SFIO. Il enseigna dans différents postes : Meslan en 1933-1934, Berné de 1935 à 1945), puis comme directeur des écoles de garçons (trois classes) de Priziac de 1945 à 1951, de Lochrist (quatre classes dans la commune d’Inzinzac, maître d’application, de 1951 à sa retraite en 1968).

Ayant refusé de suivre les cours de préparation militaire avec toute sa promotion de normaliens, Gaston Landreau accomplit son service militaire en 1934, dans la Marine nationale à Lorient comme matelot de première classe.

Il se maria uniquement civilement en juillet 1935 à Berné avec une institutrice de la commune. Le couple eut deux filles. Athée, il refusait d’assister aux cérémonies religieuses, « même de la famille proche ».

Mobilisé en septembre 1939 dans la marine à Rochefort (Chartente-Maritime) puis à Toulon (Var) comme matelot secrétaire jusqu’en août 1940, Gaston Landreau retrouva son poste d’enseignant en 1940 et par la suite, participa, sous le pseudonyme de « Turpin », à la mise en place avec ses collègues de réseaux de résistance du mouvement « Libération » à partir de septembre 1943, dans les communes de la région de Berné, sous les ordres de Jean Le Coutaller, futur commandant FFI. Son épouse était agent de liaison. Il participa à des parachutages, à des actions diverses avec les 140 hommes de la section de Berné. Lieutenant FFI, passé au maquis, le 10 juin 1944, il combattit dans les opérations d’encerclement de la poche de Lorient, notamment lors du violent affrontement de Sainte-Hélène, le 11 septembre. Il fut démobilisé le 31 octobre 1944 et homologué FFI.

Syndiqué dès le début de sa carrière, Gaston Landreau fut un membre actif du Syndicat national des instituteurs. Adhérent à la Libre pensée, il militait à la Fédération des œuvres laïques et à l’Office central de coopération à l’école dont il continua à occuper la responsabilité de trésorier départemental jusqu’en 1975.

Socialiste convaincu depuis l’école normale, il adhérait au Parti socialiste SFIO et participait à ses activités militantes. Figurant sur la liste « de démocratie socialiste » pour l’élection, le 24 novembre 1946, des délégués du canton du Faouët pour l’élection du Conseil de la République, il était le secrétaire de la section socialiste SFIO d’Inzinzac-Lochrist en 1952. Hostile au soutien à De Gaulle en 1958, il ne quitta pas la SFIO puis adhéra au Parti socialiste à sa création.

Élu en 1959 au conseil municipal d’Inzinzac-Lochrist, il fut réélu en 1965 et en 1971. Deuxième adjoint au maire de 1964 à 1974, délégué aux affaires scolaires, il fut premier adjoint au maire de 1974 à 1977.

Pendant leur carrière enseignante, Gaston Landreau et son épouse montèrent
des spectacles (théâtre, danses, chants) dont les recettes permettaient la gratuité des fournitures et des livres, le financement de voyages scolaires. Pendant la guerre, une partie des recettes était utilisée pour les colis destinés aux prisonniers détenus en Allemagne. Au début des années 1950, il créa puis organisa la bibliothèque municipale à partir de la bibliothèque scolaire.

Ses obsèques civiles sans cérémonie furent suivies d’une crémation à Villetaneuse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136849, notice LANDREAU Gaston, Gérard par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 mai 2011, dernière modification le 1er novembre 2021.

Par Jacques Girault

Landreau, matelot au milieu des années 1930
Landreau, matelot au milieu des années 1930
Landreau en 1952
Landreau en 1952
Landreau (avec des lunettes), responsable de la bibliothèque municipale
Landreau (avec des lunettes), responsable de la bibliothèque municipale
Landreau, adjoint au maire, à la gauche du maire, lors de la dernière réunion du conseil municipal au début de 1977.
Landreau, adjoint au maire, à la gauche du maire, lors de la dernière réunion du conseil municipal au début de 1977.
Landreau, assis à l'extrême-gauche, participant à l'assemblée générale de l'Association nationale des anciens combattants de la Résistance en 1971
Landreau, assis à l’extrême-gauche, participant à l’assemblée générale de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance en 1971

SOURCES : OURS, dossier de la fédération socialiste SFIO du Morbihan. — SHD,Vincennes GR 16 P 335606. — Renseignements fournis par les filles de l’intéressé. — Notes de la mairie d’Inzinzac-Lochrist, d’Alain Dalançon et de Jean Giovanelli.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément