LANDRIEAU Nicole [née THOMAS Nicole, Régine, Léona]

Par Jacques Girault

Née le 3 novembre 1942 aux Sables d’Olonne (Vendée) ; institutrice ; militante syndicale du SNI puis du SNUipp ; militante communiste en Indre-et-Loire et en Vendée, adjointe au maire d’Olonne-sur-mer (2001-2008).

Fille d’un marin-pêcheur, membre du Parti communiste français comme son épouse, Nicole Thomas reçut les premiers sacrements catholiques. Elle fréquenta le cours complémentaire des Sables-d’Olonne et entra, en 1958, à l’École normale d’institutrices de La Roche-sur-Yon où elle fut responsable de la section du Syndicat national des instituteurs en quatrième année en 1961-1962.

Nicole Thomas se maria uniquement civilement en juillet 1962 aux Sables-d’Olonne avec Yvon Landrieau, menuisier, communiste, qui travaillait à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) depuis son retour du service militaire en 1961. Le couple eut deux enfants qui furent seulement baptisés, et plus tard, se sépara.

Nicole Landrieau obtint son exeat et devint institutrice à Chisseaux (Indre-et-Loire) de 1962 à 1969. Secrétaire de l’association de parents d’élèves, elle fut la seule enseignante gréviste en 1968 sur les trois de l’école.

Nicole Landrieau, membre de l’Union des femmes françaises depuis 1959, adhéra au PCF en Vendée le 30 décembre 1961. Elle entra au secrétariat de la section communiste de Bléré en 1965 et au comité de la fédération communiste d’Indre-et-Loire en 1966. Elle suivit une école centrale du PCF en juillet 1966. Renouvelée au comité fédéral en 1968, elle partit en 1969 dans le Maine-et-Loire. Elle enseigna un an en classe unique à Saint-Germain-sur-Moine dans les Mauges très catholiques, puis à Cholet dans l’école Jean de La Bruyère de 1970 à 1979 dont elle fut directrice de 1975 à 1979. Son mari, qui travaillait dans une entreprise de meubles, militait à la CGT. Il revint en Vendée comme artisan.

Nicole Landrieau retourna en Vendée en 1979 (école du Centre des Sables, directrice à Moutiers-les-Mauxfaits en 1980-1981, remplaçante ZIL dans la circonscription de La Mothe-Achard, Saint-Mathurin de 1982 à 1991, école primaire Marcel Baussais à Olonne-sur-Mer de 1991 à sa retraite en 1998).

Nicole Landrieau adhéra au SNI jusqu’à la naissance du SNUipp, qu’elle rejoignit à sa création en 1993.

Secrétaire de la section du Pays des Olonnes et devenue membre du comité fédéral du PCF en 1981, Nicole Landrieau entra au bureau fédéral en 1994. Responsable du PCF à Olonne-sur-mer qui avait une municipalité d’union de la gauche depuis 1971, elle fut au centre des négociations avec les socialistes locaux qui refusèrent de poursuivre leur participation lors des élections municipales de 1989. En 1995, elle fut élue conseillère municipale d’Olonne-sur-mer sur une liste d’union de la gauche à direction socialiste. En 2001, réélue, elle devint adjointe, chargée de l’environnement et des jumelages. En 2008, la gauche fut battue et Nicole Landrieau siégea comme conseillère municipale minoritaire.

Nicole Thomas-Landrieau fut la suppléante du candidat communiste aux élections législatives de 1987 et de mars 1993 dans la troisième circonscription de la Vendée. Elle fut candidate au Conseil général en 1992 dans le canton des Sables d’Olonne. Pour les élections au Conseil général en mars 2011, elle était la remplaçante du candidat du Front de Gauche dans le canton de l’Ile d’Yeu.

Nicole Thomas-Landrieau militait dans un comité de vigilance et d’aide aux personnes déboutées du droit d’asile et dans le comité de jumelage Olonne-Gourcy au Burkina Faso.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136852, notice LANDRIEAU Nicole [née THOMAS Nicole, Régine, Léona] par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 mai 2011, dernière modification le 25 mai 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément