LANNUZEL Michelle, Claire [née MORIN Michèle]

Par Jacques Girault

Née le 11 janvier 1937 à Courbevoie (Seine) ; professeure ; militante syndicaliste du SNES ; militante communiste en Haute-Savoie

Fille d’un censeur des études et directeur de l’école de commerce de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et d’une institutrice, attachée à la laïcité, Michelle Morin grandit à Paris sous l’Occupation. Élève du collège Edgar Quinet (1950-1954), elle entra à l’École normale d’institutrices de Paris (boulevard des Batignolles) en 1954, puis prépara le concours de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses au lycée Jules Ferry (1956-1957). Elle obtint les certificats de la licence de Lettres modernes à la Sorbonne (1957-1959), un diplôme d’études supérieures (1960) et fut reçue au CAPES (1960). Professeur au lycée de jeunes filles d’Alençon (Orne) en 1960-1961, elle obtint sa mutation pour le lycée des Glières à Annemasse (Haute-Savoie) et y enseigna de 1961 à sa retraite en 1997.

Michelle Morin se maria en mars 1961 à Alençon avec Yannick Lannuzel, professeur de lettres classiques, militant communiste. Le couple eut deux enfants.

Michelle Lannuzel enseignait au lycée des Glières à Annemasse (Haute-Savoie). Membre du Syndicat national de l’enseignement secondaire depuis 1960, elle entra au bureau de la section départementale (S2) du SNES à la fin des années 1960. Elle adhérait toujours au SNES comme retraitée en 2011 et depuis 1998, animait bénévolement à la Maison de la jeunesse et de la culture d’Annemasse le cinéma d’Art et d’Essai.

Michelle Morin, à la Sorbonne, membre de l’Union des étudiants communistes, participa aux luttes étudiantes contre la guerre d’Algérie et contre les étudiants d’extrême-droite. Elle participa notamment au comité Djamila Boupacha et assista à la soutenance post-mortem de la thèse de Maurice Audin. Elle adhéra au Parti communiste français en 1961 à Alençon.

Secrétaire de sa cellule, membre du comité, puis du bureau de la section communiste d’Annemasse, participant aux actions du PCF (porte-à-porte, soutien aux ouvriers du décolletage de la Vallée de l’Arve, distribution de tracts, etc...), Michelle Lannuzel faisait partie de la commission fédérale de l’enseignement. Elle fut membre du comité de la fédération communiste de 1979 à 1987.

Michelle Lannuzel fut candidate aux élections municipales complémentaires d’Annemasse en 1967, puis générales en 1971.

La fédération communiste de Haute-Savoie procéda à la fin des années 1980 à la dissolution de la cellule d’enseignants d’Annemasse. Ayant « de plus en plus de réticences sur la stratégie et la structure du Parti », elle décida de le quitter en 1990-1991 mais, en 2011, restait « convaincue que « l’hypothèse communiste » est l’avenir du monde ». Elle adhéra pendant quelques années à ATTAC, et quitta le mouvement après son éclatement. En 2003, elle participa « avec enthousiasme à l’Anti-G8 » d’Evian.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136863, notice LANNUZEL Michelle, Claire [née MORIN Michèle] par Jacques Girault, version mise en ligne le 4 mai 2011, dernière modification le 3 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément