LAPLACE-DOLONDE Charles, Louis, Auguste

Par Jacques Girault

Né le 20 juin 1908 à Lorient (Morbihan), mort le 26 février 2006 à Agon-Coutainville (Manche) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI ; militant communiste dans la Manche.

Fils d’une couturière et d’un officier mécanicien dans la marine marchande, qui, devenu invalide à la suite de la Première Guerre mondiale, fut pensionné, Charles Laplace-Dolonde, élève de l’école primaire supérieure de Granville (Manche), entra à l’École normale d’instituteurs de Saint-Lô (Manche) en 1923. Il devint instituteur dans la Manche à Pontorson (1926-1928), puis fut surveillant à l’École normale d’instituteurs de Quimper (Finistère) en 1928-1929, puis revint instituteur dans la Manche à Mortrain en 1929-1930.

Lors de son service militaire en 1930-1932, lecteur du Populaire, Charles Laplace-Dolonde fut seulement admissible pour suivre les cours de l’école des officiers de réserve de Saint-Maixent.

Il se maria en septembre 1931 avec Renée Rigot, indiquée professeur d’école primaire supérieure, qui redevint institutrice, militante syndicaliste. Le couple eut deux filles. Ils enseignèrent à Saint-Clément (1932-1934), à Brix (1934-1937), puis furent nommés au cours complémentaire de Périers de 1937 à 1941.

Charles Laplace-Dolonde fut alors déplacé, en raison de son activité passée, à Saint-Armel (Ille-et-Vilaine) en 1941-1942, puis à Baguer Pican (1942-1943), avant d’être révoqué ou « en congé pour convenances personnelles ». Aussi entra-t-il comme employé auxiliaire dans le service de l’enregistrement (juillet 1943-septembre 1944). Professeur de cours complémentaire (sciences) à Périers (1944-1946), mis à la disposition de l’enseignement technique en 1946, il enseigna au centre d’apprentissage, futur collège d’enseignement technique de Granville (1946-1964) avant d’être nommé au CET La Roquelle de Coutances de 1964 à sa retraite en 1966.

Charles Laplace-Dolonde adhéra au Syndicat national des instituteurs (CGT) et fut élu en mars 1934 au conseil syndical de la section départementale du SN. Il fut rapporteur pour la modification des statuts en mai 1935, au moment de la préparation de la fusion aboutissant au Syndicat national des instituteurs unifié. il animait la commission des jeunes en 1937. Candidat de la majorité favorable aux positions de la CGT, il fut réélu, le 5 juillet 1938, par 269 voix sur 813 inscrits. Il participait aux commissions des affaires administratives et des vœux.

Membre actif du comité de Granville du mouvement Amsterdam-Pleyel en 1934-1935, gréviste le 30 novembre 1938, il subit une retenue de huit jours de traitement. Il partageait alors les analyses des dirigeants de la section départementale qui s’opposaient à la direction nationale du SNI (contre la non-intervention en Espagne, contre les accords de Munich).

Charles Laplace-Dolonde fut mobilisé en septembre 1939 dans l’infanterie à Cherbourg, envoyé en Algérie en mars 1940 au commandement de l’armée de l’Air, et démobilisé en septembre 1940.

Il fut pendant quinze ans secrétaire de la section de la Manche du Syndicat national de l’enseignement technique professionnel CGT et membre de la commission administrative nationale du SNETP. Il siégea pendant plusieurs mandats à la commission administrative paritaire académique des professeurs d’enseignement général des collèges d’enseignement technique. Retraité, il participa à la création de la section retraités du SNETP dans l’académie.

Charles Laplace-Dolonde adhéra au Parti communiste français en 1959. Secrétaire de la section communiste de Coutances, il entra à la commission de contrôle financier de la fédération communiste en 1968 et y resta jusqu’au milieu des années 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136871, notice LAPLACE-DOLONDE Charles, Louis, Auguste par Jacques Girault, version mise en ligne le 4 mai 2011, dernière modification le 24 mai 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/28722. — Archives du comité national du PCF. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément