LE BEC Louis

Par François Prigent

Né le 3 décembre 1901 à Guiscriff (Morbihan) ; mort le 6 novembre 1985 à Ploërdut (Morbihan) ; directeur d’école ; maire SFIO de Ploërdut (1953-1979) ; secrétaire de mairie ; militant laïque et associatif ; résistant.

Fils de cultivateurs, Louis Le Bec fréquenta les écoles laïques. Passé par l’école primaire supérieure, il intégra l’Ecole normale d’instituteurs de Vannes. Il enseigna à Séglien, au Faouët avant d’effectuer le reste de sa carrière professionnelle comme directeur de l’école de Ploërdut (1927-1961).

Positionné dans les filières militantes laïques du Nord-Ouest du Morbihan, il était de sensibilité radicale, avant d’évoluer vers le socialisme au moment du Front Populaire, dans une région marquée par de vives luttes sociales (résistances paysannes aux ventes-saisies).

Secrétaire de mairie à partir de 1928, Louis Le Bec, instituteur puis directeur de l’école, était proche de la famille de Jean Le Coutaller. Il suivit la même trajectoire politique que Louis Le Bozec (1880-1953), maire radical (1910-1914, 1933-1945) puis socialiste (1945-1953) de Ploërdut. Militant SFIO, Louis Le Bec avait participé activement au maquis de Ploërdut-Le Croisty.

A partir de 1953, il exerçait les fonctions de maire de Ploërdut, prenant la suite de Louis Le Bozec. Membre de la direction fédérale du PS dans les années 1970, Louis Le Bec resta maire de Ploërdut jusqu’en 1982, passant alors le relais à Yves Guilloux, maire jusqu’en 1995. S’appuyant sur les filières associatives laïques (Union sportive ploërdutoise, comité des fêtes, courses cyclistes de Pâques), il élargit ses listes aux milieux chrétiens sociaux à partir des années 1970. Figure du socialisme municipal dans le Morbihan, son action politique se concentra sur cinq domaines d’intervention : l’action municipale socialiste et laïque, la rigueur budgétaire (autonomie financière, dépenses d’investissement), la mise en valeur et la modernisation des campagnes (remembrement rural, réseau d’adduction d’eau en bénéficiant de subventions départementales), le développement et l’entretien des constructions publiques, les constructions scolaires (entretien, construction, financement) comme action des élus dans le cadre de la défense de école laïque.

Il se présenta aux élections cantonales en 1955 (38,5 % des voix au premier tour), échouant de peu à reprendre le siège de conseiller général de Guémené-sur-Scorff, perdu en 1949 par Charles Montmayeur. En septembre 1960, en présence de Maurice Pic, il organisa une conférence des élus socialistes à Ploërdut, comme annoncé lors du congrès fédéral de Quéven le 19 juin 1960. Aux côtés de Jean Le Coutaller, Louis Hervé(maire de Larmor-Plage et président de la fédération des élus, Joseph Kerbellec (maire de Quéven) ou Louis Le Moënic (maire d’Inguiniel et conseiller général de Plouay), Louis Le Bec s’employa à animer ce réseau d’élus locaux de la SFIO au début des années 1960.

Chevalier de légion d’honneur, il fut décoré le 21 octobre 1983 par Michel Rocard, qui entretenait des relations étroites avec Yves Guilloux, ancien responsable PSU.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136947, notice LE BEC Louis par François Prigent, version mise en ligne le 9 mai 2011, dernière modification le 21 mai 2021.

Par François Prigent

SOURCES :
Archives de l’OURS, dossiers Morbihan et de la Fondation Jean Jaurès, 12 EF 56, fédération socialiste du Morbihan. — Archives Fédérales du PS Morbihan. — Le Rappel du Morbihan. - Archives privées Jean Le Coutaller. – Lettre manuscrite du 27 septembre 1960 relative à la conférence des élus socialistes de Ploërdut. --- Mairies de Guiscriff et Ploërdut. — Entretien avec Yves Guilloux. — Yves Guilloux, Le Triskell et l’écharpe. La transceltique d’un maire breton, Cheminements, 2004. — Christophe Rivière « Les maires du Morbihan (1929-1953), in Les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°2, t. 113, juin 2006 ».--- François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse, Université de Rennes 2, 2011, 812 p. — Notes de Jacques Girault

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément