LE BERE Jean-Guy

Par Alain Prigent

Né le 19 mai 1944 à Plévin (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), mort le 24 août 2018 à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) ; instituteur puis PEGC ; secrétaire de la fédération des Côtes-du-Nord et membre du comité national de l’UJCF (1963-1968) ; dirigeant de la fédération du PCF des Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor depuis 1964 ; conseiller municipal de Saint-Brieuc (1983-2008).

Né dans la petite commune rurale de Plévin, dans les montagnes noires du canton de Maël-Carhaix, Jean-Guy La Bère était l’aîné d’une fratrie de quatre enfants. Son père travaillant alors aux PTT à Nantes, sa mère avait voulu mettre au monde son premier enfant au pays natal, à l’abri des bombardements alliés qui frappaient les zones industrielles portuaires de la Basse Loire. Au printemps 1944, le centre de la Bretagne était un haut lieu de la Résistance où les FTP conduisaient la lutte armée contre l’occupant nazi. André, le plus jeune frère de sa mère, fut abattu, avec trois autres FTP, le 29 juillet 1944, à quelques encablures de Park an Hanv.

En 1948, son père Guillaume Le Bère, facteur, fut nommé à Saint-Brieuc. Secrétaire du syndicat CGT des facteurs, communiste, il fut une des figures du mouvement ouvrier briochin. Jean-Guy Le Bère participa très tôt à l’activité militante, aidant son père à la diffusion de l’Humanité Dimanche. Après avoir fréquenté l’école primaire de Robien, il fit ses études au cours complémentaire Curie, puis aux lycées de Lamballe et de Saint-Brieuc. Il fut reçu à l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc en quatrième année en 1962.

La même année, après avoir adhéré au Parti communiste français, il devint secrétaire départemental de la Jeunesse communiste, siégeant dans les instances nationales. Il organisa la lutte des cercles de la JC contre la guerre d’Algérie, puis contre celle menée par les Américains au Vietnam. Après son service militaire, il se vit confier la responsabilité du secrétariat de la section de Saint-Brieuc.

Il devint alors PEGC au CES Jean Macé dans les quartiers ouest de Saint-Brieuc où il fit toute sa carrière professionnelle. Responsable du SNI-PEGC puis du SNUIPP, il prit une part active à l’action sociale et coopérative. De 1970 à 1983, tous les étés, il anima le centre de loisirs sans hébergement de Ginglin.
Membre du comité de la fédération communiste (1964-1970), il intégra le bureau puis le secrétariat fédéral devenant un dirigeant important de la fédération du PCF des Côtes d’Armor depuis plusieurs décennies. Il siégea dans les instances fédérales dirigées successivement par Marcel Alory* (1964-1977), Félix Leyzour* (intérim en 1967), Jacques Coignard (1977-1990) et Gérard Lahellec* (depuis 1990). Dans son action militante, intéressé particulièrement à la question du logement, il mena avec Jean Prual*, adjoint au maire de Saint-Brieuc, aux côtés de la CNL, des luttes en faveur des locataires. En 1983, élu conseiller municipal de Saint-Brieuc, il devint président du groupe des élus communistes et républicains dans la municipalité dirigée par Yves Le Foll*. Il exerça cette fonction jusqu’au début 1999 où, à la suite du décès de Michel Fraboulet*, il devint adjoint à l’urbanisme. En 2001, après la défaite de la liste de gauche, Jean-Guy Le Bère siégea au conseil municipal dans l’opposition au maire centriste Bruno Joncour. Réélu en 2008, il assumait en 2011 au sein de la communauté d’agglomération (CABRI) la fonction de coordonnateur du groupe des élus communistes et républicains. Au plan départemental, il anima pendant plus de deux décennies (1983-2009) l’Association départementale des élus communistes et républicains.

Dans sa fonction d’élu, il se passionna pour les questions de l’urbanisme, de l’habitat et du logement. Il entra en 1999 au conseil d’administration de l’office HLM. En 2008, il fut élu vice-président au syndicat de traitement des ordures ménagères chargé des questions du personnel. Parallèlement à ses fonctions d’élu, il représenta, à plusieurs reprises, le PCF aux élections législatives en 1986 (liste départementale conduite par F. Leyzour) et en 2007 dans la circonscription de Saint-Brieuc en 2007. A quatre reprises, il fut candidat aux élections pour le Conseim général dans le canton de Saint-Brieuc Sud : en 1988 (15,9%) ; en 1994 (11,5%) ; en 2001(11,7%) et en 2008 (12,06%).

Coordonnateur de la section de Saint-Brieuc depuis 2007, il fut diffuseur régulier de l’Humanité-Dimanche. Très impliqué dans le mouvement social, il fut un des membres actifs du collectif des sans papiers de Saint-Brieuc et présida aussi le Comité local pour le logement autonome des jeunes.

En 1966, Jean-Guy Le Bère épousa Marguerite Yusté, fille de José Yusté, ouvrier carrier, un des secrétaires de l’UD-CGT des Côtes-du-Nord. Le couple eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136948, notice LE BERE Jean-Guy par Alain Prigent, version mise en ligne le 9 mai 2011, dernière modification le 21 mai 2021.

Par Alain Prigent

SOURCES : Arch. dép. Côtes d’Armor, 1079W260 (note des RG du 19 juin 1968). — Archives du comité national du PCF (dépouillées par Jacques Girault). — Composition des comités fédéraux de la fédération des Côtes-du-Nord et fichier des élus de la Fédération des Côtes-du-Nord du PCF établis par Gilles Rivière. — Arch. de la FSU 22 (bulletins des sections départementales du SNI et de la FEN). — Entretien en 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément