LE DILOSQUER Lanig [LE DISLOQUER Alain, Pierre, Marie, dit]

Par Jacques Girault

Né et mort à Pont-l’Abbé (Finistère), 23 janvier 1921-16 mars 2007 ; professeur ; militant syndicaliste SNES puis SGEN, ; militant socialiste PSU en Bretagne, conseiller municipal de Pont-l’Abbé.

Alain Le Dilosquer
Alain Le Dilosquer

Fils d’une brodeuse devenue mercière, et d’un entrepreneur de plâtrerie et de carrelage, ancien combattant de la Grande Guerre, Lanig Le Dilosquer reçut les premiers sacrements catholiques. Élève du lycée La Tour d’Auvergne à Quimper (Finistère), titulaire du baccalauréat (série "Mathématiques élémentaires"), étudiant à la faculté des lettres de Rennes, il participa à la Résistance dans le Finistère. Après avoir rejoint les maquis de Tréméoc et du Juch, il combattit à Lesven et Telgruc. Son père, qui aida la Résistance, fut désigné comme président de la délégation municipale à la Libération. Son frère, engagé dans les Forces françaises libres, mourut en Alsace.

Lanig Le Dilosquer reprit ses études en lettres classiques à la Sorbonne. Il se maria en septembre 1947 à Locquénolé (Finistère) avec une étudiante. Ils eurent trois enfants. Devenu professeur de lettres classiques au lycée Tristan Corbières à Morlaix puis, à partir de 1949 de Pont-l’Abbé, il prit sa retraite en 1981. Sportif, il jouait au football avant et après la guerre dans l’équipe de Quimper (le Stade quimpérois), après avoir pratiqué au Stade morlaisien (1947-1948), tout en étant adepte du tennis.

Membre du Syndicat général de l’Éducation nationale, Le Dilosquer milita au début des années 1970 dans le courant « Ecole émancipée-Rénovation syndicale » du Syndicat national des enseignements de second degré. Hostile à l’inspection, position qu’il expliqua par écrit dans un texte en mai 1971, il fut traduit en février 1972 devant le Conseil supérieur de l’Éducation nationale pour avoir refusé l’inspection et contesté l’organisation de l’enseignement secondaire français.

Le Dilosquer s’engagea dans le mouvement de la Nouvelle Gauche au milieu des années 1950. Opposé à la politique de Guy Mollet en Algérie, dénonciateur de la torture et favorable à l’indépendance de l’Algérie, accusé de « démoralisation de l‘armée », il fut traduit, avec son ami Maurice Boivin, devant le tribunal militaire de Rennes en 1957, qui ne prononça pas de verdict et ils furent inculpés jusqu’à l’amnistie de 1963. Il fut un des fondateurs du Parti socialiste unifié, dans le Finistère et un de ses dirigeants dans la région bretonne, tout en étant membre du bureau national, et y milita jusqu’à sa disparition en 1989-1990. Il participa à toutes ses actions (mai 1968, défense du Larzac, grève du Joint français, grève du lait, soutien aux travailleurs de Lip, actions antimilitaristes et antinucléaires).

Le Dilosquer, candidat aux élections municipales de Pont-l’Abbé en 1959, fut le seul élu de gauche en 1965, et se représenta en 1971 et 1977. Il fut plusieurs fois candidat aux élections cantonales.

Le Dilosquer prit part au mouvement d’opposition à la construction d’une centrale nucléaire à Plogoff. De tendance régionaliste, attaché à la défense de l’identité bretonne, il adhéra pendant quelques années après 1990 au mouvement des Verts. En 1996, il prit part avec les membres du comité Bosnie de Quimper et de Pont-l’Abbé au convoi humanitaire à Gorazde protestant contre l’épuration ethnique. En 1997, il apporta son soutien aux candidats des Verts aux élections législatives et créa, en 2002, un comité de soutien à Noël Mamère, candidat des Verts aux élections présidentielles. Il militait aussi dans l’association France-Palestine qui soutenait les luttes de peuple palestinien.

Ses obsèques civiles se déroulèrent en présence d’une nombreuse assistance. En 2012, la mairie de Quimper donna son nom à une artère de la ville.

Son épouse, Catherine Le Dilosquer, professeur elle aussi, partagea ses engagements et signa l’appel du cinquantenaire de la fondation du PSU (avril 2010).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136967, notice LE DILOSQUER Lanig [LE DISLOQUER Alain, Pierre, Marie, dit] par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 mai 2011, dernière modification le 20 mai 2021.

Par Jacques Girault

Alain Le Dilosquer
Alain Le Dilosquer
L’équipe de football du lycée La Tour d’Auvergne de Quimper, Le Dilosquer, deuxième accroupi à partir de la droite

SOURCES : Le Monde, 24 mars 2007. — Renseignements fournis par l’épouse de l’intéressé et la mairie de Pont l’Abbé (Nathalie Mavic). — Notes de Roger Barralis.

ICONOGRAPHIE : Photographie parue dans Ouest-France, 26 mai 1998 et fournie par la famille. L’équipe de football du lycée La Tour d’Auvergne de Quimper, Le Dilosquer, deuxième accroupi à partir de la droite

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément