LEBAILLIF Jean, François, Jules, Alexandre

Par Jacques Girault

Né le 31 juillet 1906 à Caen (Calvados), mort le 7 mai 1983 à Ambillou (Indre-et-Loire) ; instituteur puis secrétaire dans l’administration académique ; militant syndicaliste ; militant communiste dans l’Yonne, le Calvados et l’Orne, conseiller municipal de Caen.

Fils d’un ouvrier marbrier et d’une femme de ménage, Jean Lebaillif, titulaire du brevet supérieur (était-il normalien ?) était instituteur quand il se maria en août 1928 à Caen avec une employée de mairie, fille d’un chef de bureau de mairie. Le couple eut un enfant. Il adhéra au Syndicat national (CGT) en 1925.

Labaillif devint à la fin des années 1930 secrétaire d’Inspection académique et fut nommé à Auxerre (Yonne). Il adhéra au Parti communiste dans la ville en 1934-1935 et fut le secrétaire de la cellule communiste des HBM du Temple de 1936 à 1939. Il militait aussi à la Ligue des droits de l’Homme, aux Amis de l’Union soviétique et dans le mouvement Amsterdam-Pleyel. Il était en outre membre du conseil d’administration de l’Union locale CGT d’Auxerre sous le Front populaire.

Lebaillif obtint sa mutation pour Caen en 1941 alors que son domicile à Auxerre avait été perquisitionné en janvier 1941. Mais sa maison étant sinistré, il fut évacué à Neaulphe-le-Château (Seine-et-Oise) en 1944. Il réintégra Caen après le débarquement allié et devint secrétaire principal de l’administration académique. Il fit partie du syndicat des personnel des inspections académiques qui fit partie de la Fédération de l’Éducation nationale, puis de la FEN-CGT avant de redevenir syndicat de la FEN.

A Caen, Lebaillif perdit le contact avec l’organisation clandestine communiste. A la Libération, il fut secrétaire d’une cellule communiste, membre des comité et bureau de la section communiste et membre du comité et du bureau de la fédération communiste du Calvados. Candidat aux élections municipales de Caen en mai 1945, il obtint 306 voix, puis en avril 1947 sur la liste « Union républicaine et résistante et de défense des intérêts communaux », il obtint 3 887 voix (dixième de la liste qui eut sept élus). A la suite de la démission du conseiller municipal Joseph Déan, il entra au conseil municipal le 31 janvier 1949. Il le remplaça dans les commissions : la troisième (Travaux et services publics), la quatrième (Beaux arts, enseignement, jeunesse, sports), la cinquième (Assistance, prévoyance, legs), le dixième (Prisonniers et déportés). Il démissionna avant octobre 1952.
En mars 1953, Lebaillif fut muté à l’inspection académique d’Alençon (Orne). Il fit partie du bureau de la fédération communiste de l’Orne à partir de 1954 et fut responsable de la trésorerie. Il quitta à nouveau le département en 1956.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136997, notice LEBAILLIF Jean, François, Jules, Alexandre par Jacques Girault, version mise en ligne le 12 mai 2011, dernière modification le 12 mai 2011.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Com. Caen (Bernard Maisonneuve). — Archives du comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément