KRIBS Marie-Thérèse, Renée

Par Jean-Marie Conraud

Née le 10 février 1932 à Portieux (Vosges) ; employée de bureau ; permanente de la JOCF (1955-1957) ; militante CFTC-CFDT, déléguée syndicale au comité central d’entreprise de la Banque Nationale de Paris.

Née à la verrerie de Portieux (Vosges), fille d’un verrier militant syndical, et d’une vendeuse à la coopérative de la verrerie puis assistante maternelle dans une école, Marie-Thérèse Kribs obtint un CAP de sténo-dactylo et d’employée de bureau au Centre de formation professionnelle de Thaon (Vosges). Embauchée à la verrerie de sa ville natale, le 1er février 1950, elle adhéra à la JOC. En 1952, elle changea d’employeur et rejoignit le siège des établissements textiles Laederich à Épinal (Vosges), tout en conservant la responsabilité de la section JOCF de la verrerie qui lui avait été confiée. En 1954 elle fut associée à l’équipe fédérale.

L’année suivante, elle quitta son emploi pour devenir permanente JOCF. Faisant partie de l’équipe de la région de l’Est auprès de Suzanne Zeder* dont elle assura la succession, elle suivit plus spécialement les fédérations des Vosges, de la Meurthe-et-Moselle et de l’Alsace. Lorsque Marguerite Madelaine* et Gisèle Mathieu* partirent, elle fut chargée également de six autres départements : Moselle, Meuse, Côte-d’Or, Aube, Saône-et-Loire et Nièvre. Elle participa au rassemblement international de Rome en 1957. Son mandat prit fin le 23 septembre de cette même année.

Marie-Thérèse Kribs trouva alors un poste de mécanographe à Épinal, à la Mutualité sociale agricole où elle prit part à la création d’une section syndicale CFTC et à l’élaboration de la convention collective. Après un engagement de dix ans dans une congrégation religieuse, les sœurs de la Providence de Portieux, elle fut embauchée en 1973 au service informatique du centre administratif de la Banque nationale de Paris, à Jarville (Meurthe-et-Moselle). Elle y exerça les responsabilités de déléguée syndicale à partir de 1974, de déléguée du personnel puis de représentante de la CFDT au comité d’entreprise. Elle fit aussi partie de diverses commissions du comité central et quitta cet établissement lorsqu’elle prit sa retraite en avril 1992.

Établie à Maxéville (Meurthe-et-Moselle), Marie-Thérèse Kribs adhéra au Parti socialiste en 1994 et se présenta aux élections municipales de 1995. À partir de 1996, elle fut trésorière de l’antenne locale du Secours catholique ainsi que du FJEP (Foyer de jeunes et d’éducation populaire). Elle était toujours célibataire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article137194, notice KRIBS Marie-Thérèse, Renée par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 1er juin 2011, dernière modification le 1er juin 2011.

Par Jean-Marie Conraud

SOURCES : Arch. JOCF (SG), fichier des anciennes permanentes, certificats de travail. — Arch. JOCF, certificats de travail. — Témoignage de l’intéressée. — Notes d’Éric Belouet. — État civil de Portieux (2011).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément